Dual Guidance : acheter sur une baisse…

optimisations
… du marché

Le principe de la Dual Guidance est d’apporter un rendement le plus élevé possible, tout en réduisant le risque à l’achat des de deux types de produits (actions et bonus cappés) composant la stratégie.

Partant de là, se positionner sur le marché actions lors d’une baisse globale de celui-ci fait sens. En effet, le marché baissant dans son ensemble, cela signifie que la baisse n’est pas forcément imputable à la société ciblée. Cet investissement sur une baisse / correction globale est donc à privilégier car relativement décorrélée des résultats de chaque valeur.

Pourtant, une autre approche peut être utilisée, bien que moins « sécurisée ».

… d’un titre en particulier

En effet, même lors d’un marché en tendance haussière (achat théorique de bonus cappés exclusivement), il peut être envisagé d’acheter des actions tout en suivant une stratégie de Dual Guidance. Dès lors qu’un titre baisse sensiblement et qu’il répond aux principaux critères (solide, leader et reconnu) qu’un « bon candidat » doit avoir, pourquoi se priver d’un achat ?

Néanmoins, un titre baissier dans un marché haussier doit interpeller. Non pas parce qu’il s’agisse nécessairement d’une « mauvaise » société. Mais tout simplement parce que la baisse en question est forcément due à la société elle-même. Une action réalisant -20% dans un marché affichant +15%… ça se remarque. Et ça fait souvent peur.

Dans cette situation le risque principal est que le marché se retourne, entraînant encore plus cette société déjà en difficultés. Mais il faut voir de quelle nature sont ces problèmes. Une baisse des ventes liée à un effet extérieur (climat, …) ? Une nouveauté moins performante financièrement parlant que le produite remplacé ? Un marché sectoriel cyclique ? Une fraude détectée ?
Les trois premiers points, si ils peuvent agir en tant qu’éléments déclencheurs d’une baisse, restent néanmoins « corrigibles ». Bien que cela puisse demander du temps et des investissement supplémentaires. A contrario, la troisième hypothèse est déjà plus embêtante. C’est le genre de problème qui peut ruiner l’image de marque d’une société. Et l’image de marque, dans notre monde « hyper-markété », c’est un élément crucial pour vendre et réussir.

Quoi que…

Heureusement (si je puis dire ainsi) la probité n’est pas toujours ce que recherchent les investisseurs. VOLKSWAGEN en est le parfait exemple avec le scandale du DieselGate. Si le cours a chuté de plus 45% en seulement quelques jours, il a fini par remonter (en plusieurs mois tout de même) au delà de ce qu’il affichait lorsque l’affaire a éclaté.
Bien sûr, n’importe quelle société ne se remettra pas aussi facilement de la découverte d’une fraude (qui plus est de cette échelle). C’est bien là l’avantage d’être un leader internationalement reconnu ; l’image de marque est tellement forte qu’elle en deviendrait presque plus forte que des affaires judiciaires.

Alors « baisse des marché » ou « baisse d’un titre isolé » ?

Le deux mon capitaine… La Dual Guidance permet une certaine souplesse de gestion. Pour la seconde option tout dépends néanmoins de la société dont il est question, mais aussi du secteur dans lequel elle évolue. Si ce dernier est porteur, un leader aura toutes les cartes en main pour se retourner, même si cela doit prendre du temps.

Dans ce cas il convient tout de même de ne pas se précipiter avant de se positionner sur le marché actions. Si un achat de titres peut se faire sur une baisse globale de 10 à 15% des marchés, il sera plus prudent d’attendre une vingtaine de pourcents sur un titre isolé orienté à l’opposé du marché.

 

 

Laisser un commentaire