S’adapter au marché actions

Le marché actions évolue en permanence. Il peut prendre trois formes bien distingues les unes des autres : haussier, stable et baissier. Selon son orientation, il conviendra, dans le cadre d’une stratégie Dual Guidance de s’adapter. Bien sur, chaque investisseur aura ses propres spécificités.

S’adapter : ma façon de faire
  • en PEA : je ne loge que mes titres détenus en direct (mes actions). Leurs achats sont régis par certaines règles stratégiques. L’idée se rapproche du fait « d’attraper un couteau qui tombe ». Cela peut présenter des risques, mais le but de la Dual Guidance est de les réduire autant que possible. D’une part par la solidité et le côté « leader » des sociétés achetées, mais aussi par les seuils déclenchant les achats.
    D’un point de vue conservation, j’estime que les actions peuvent (et doivent) être conservées sur la durée. Hors explosion du cours, il n’y a pas de raison d’agir sur de petites variations de celui-ci.

 

  • sur CTO : là sont logés les fameux bonus cappés. Lorsque j’écris ces lignes, ces produits dérivés représentent environ 90% de mon portefeuille (contre 10% pour les actions). Ce sont donc eux qui font ma performance. Je me dois donc d’adapter leur gestion au marché.
marché clairement haussier (janvier / février 2016 à janvier 2018)

Je suis (du verbe « suivre ») clairement le marché. J’attends que mes bonus cappés fournissent au minimum 50% de leur rendement maximum. A partir de ce moment là, je roule ma position afin de pouvoir profiter au plus de la hausse. En 2017 ma poche dérivés a fait +18% (malgré quelques pertes sur turbos / warrants) là où le CAC 40 GR faisait une douzaine de pourcents. J’adopte dans cette orientation là une approche active.

marché stable, sans véritable tendance (actuellement)

Il est difficile de savoir comment va réagir le marché. La volatilité est très présente. Les baisses (chutes) et les hausses de cours s’entrecroisent. Il y a de l’animation mais on ne sait pas où va le marché.
Dans cette orientation, je choisis de multiplier les prises de gains et les prises de positions. Malgré plusieurs sous-jacents sous-performant ouvertement le marché, j’affiche une performance globale en ligne avec le marché. Les gains des positions clôturées compensent les pertes latentes. Des pertes qui n’ont rien d’inéluctable du moment que les bornes basse des bonus cappés concernés ne sont pas touchées. Pour le moment, je n’ai touché aucune de mes bornes basses. La totalité de mes bonus cappés continuent de vivre leur vie J’encaisse les plus-values (de l’ordre de 1 ou 2%) lorsqu’elles se présentent et pour les lignes en MV, j’attends tranquillement que l’échéance du bonus cappés se rapproche (ou que le cours du sous-jacent remonte de lui-même). J’ai là une stratégie très active.

marché ouvertement baissier

Si je n’ai pas encore connu de gros marché baissier (les deux premières de février 2018 étaient tout de même un bon entraînement), je sais dors et déjà quelle sera ma stratégie de gestion.
Les lignes affichant des moins-values seront conservées le plus longtemps possible afin de m’approcher au maximum de la date d’échéance des différents bonus cappés en ma possession. En cas de borne basse trop proche, des roulements de position pourront être effectués. Mais mis à part cela, il s’agira d’une gestion passive.
C’est ce que je mets en oeuvre actuellement sur quelques positions détenues depuis plusieurs mois et pour lesquelles le sous-jacent baisse largement. Je m’en remet aux grosses marges (à la borne basse) prises lors ma prise de position et je laisse le temps s’écouler.

1 commentaire sur “S’adapter au marché actions”

  1. Ping : Ajustements stratégiques sur les bonus cappés | le Petit Actionnaire

Laisser un commentaire