Devenez indépendant (ou presque) financièrement

Comment devenir financièrement moins dépendant (pour ne pas dire indépendant) ?

Vous dépendez entièrement de votre patron et du salaire qu’il vous verse chaque mois pourvoir vivre ? Vous aimeriez bien que cela change et enfin pouvoir devenir indépendant financièrement ? Et si vous tentiez d’y parvenir par vous-même ! Plus de temps pour vous, moins de stress… que du bonheur… Allez-y, lancez-vous !

– Cet article fait suite à mon précédent : « Votre salaire ne peut pas vous rendre riche […] » –

La méthode ultime

100% garantie, 100% efficace et 100% sans prise de tête… Gagner au Loto. Il ne vous restera ainsi plus qu’à racheter votre entreprise et de devenir le patron de votre ancien patron…

Je reconnais, il est peu probable que cela fonctionne pour tout le monde. Vous allez donc probablement devoir employer une méthode moins directe et moins rapide, mais qui peut aussi apporter de beaux résultats.

Moins dépendant ou indépendant ?

Tout d’abord, il va falloir vous fixer un objectif à atteindre. Rien ne dit que vous y parviendrez, mais au moins vous saurez clairement ce que vous voulez.

Être moins dépendant ça signifie pouvoir se passer d’une partie seulement de vos revenus professionnels. Être indépendant c’est être en mesure de vous passer de la totalité de vos revenus professionnels.

La nuance est grande. Dans le premier cas vous serez en mesure de demander à votre patron un temps partiel.Vous dépendez donc encore de lui, mais plus totalement. Dans le second cas, vous pourrez claquer la porte (si bon vous semble) de l’entreprise.

Bien évidemment, il est bien plus compliqué d’obtenir l’indépendance plutôt que de devenir moins dépendant. Je vais poursuivre, dans la suite de cet article, selon le postulat que l’objectif est de devenir indépendant. Si vous souhaitez juste réduire votre dépendance à votre travail, la marche à suivre est bien sûr identique.

Tout d’abord : prenez conscience de votre budget et de sa réalité

Sortez la calculatrice, un bon stylo et une feuille de papier vierge (ou sinon faites un tableur sur votre ordinateur). Vous allez simplement calculer vos revenus, et les mettre en perspective avec vos dépenses.

  1. Créez-vous une première colonne « revenus ». Vous y indiquerez les différents salaires de votre foyer, mais aussi les différentes aides sociales que vous touchez.
  2. Créez une deuxième colonne « dépenses obligatoires ». Vous y logerez tout ce à quoi vous ne pouvez pas échapper (louer / crédit immobilier, eau, électricité, assurances, …)
  3. Créez une troisième colonne « dépenses modulables ». Vous y logerez toutes les dépenses auxquelles vous ne pouvez pas échapper… mais qui peuvent être modulées (si besoin) d’un mois à l’autre (essence, courses, vos animaux, …)
  4. Créez une quatrième colonne « dépenses facultatives ». Vous y logerez tout ce que vous dépensez mais qui pourrait ne pas l’être sans que cela ne vienne forcément réduire votre qualité de vie.
  5. Additionnez toutes vos dépenses. Soustrayez-les à vos revenus, et constatez la différence. Si il vous reste de l’argent, c’est que vous êtes sur la bonne voie. Il ne vous reste plus qu’à savoir quoi faire de ce surplus. Si vous êtes « dans le rouge » (dépenses > revenus), alors il va falloir réagir de suite pour apurer tout cela.
  6. Comme je suis sympa, je vous fourni un petit tableur basique de gestion de budget. À vous de l’adapter à vos besoins / envies / attentes.

Gérer un budget cela ne se fait pas « une fois de temps en temps ». Non, chaque mois il vous faudra reprendre votre tableur et ajuster la somme allouée à chaque poste de dépense. Dès lors que vous aurez pris la main, cela ne vous prendra pas plus de quelques minutes.

Ensuite, agissez

Voilà, vous avez mis noir sur blanc votre budget. Si vos dépenses sont largement couvertes par vos revenus, cela signifie que vous ne vivre pas au dessus de vos moyens. C’est une excellente chose. Cela vous sera bénéfique pour mener à bien votre objectif de de devenir indépendant financièrement.

Par contre si vos dépenses sont clairement supérieures à vos revenus, vous vous devez de réagir. Commencez par analyser l’ensemble de vos dépenses, et réduisez toutes celles qui peuvent l’être :

  • Votre voiture vielle de 6 ou 7 ans est toujours assurée « tous risques » ? Voyez si vous ne pouvez pas réduire son niveau d’assurance.
  • Votre forfait mobile vous coûte plus de 20€ par mois ? Changez-en. Vous pouvez même bénéficier d’énormes réductions régulièrement proposées par divers opérateurs de premier ordre pour avoir un forfait « au top » pour même 5€ / mois pendant un an.
  • Votre lieu de résidence est bien desservie en 3G/4G ? Ne serait-il pas financièrement intéressant de renoncer à votre box à 40€ par mois pour la remplacer par la connection 3G/4G de votre smartphone ?
  • Vous trouvez qu’un paquet de cigarettes par jour c’est beaucoup, aussi bien pour vos poumons que votre porte monnaie ? Si vous profitiez de cette revue budgétaire pour commencer à réduire petit à petit votre consommation ?
  • Votre facture d’électricité est ahurissante ? Remplacez vos vielles ampoules par des LED consommant trois fois rien. Faites tourner votre machine à laver / lave linge / lave vaisselle durant les heures creuses. Vous pouvez même changer de fournisseur d’électricité pour en choisir un qui propose des tarifs moins élevés. Idem pour le gaz…
Le maître mot : ANTICIPATION

Vous progressez. Vos dépenses ont été réduites autant que possible, sans pour autant diminuer votre qualité de vie. Votre tableur vous indique qu’il.vous reste une bonne somme à la fin du mois. C’est parfait… Si vous ne le faites pas déjà, vous allez pouvoir anticiper !

Sachez que la bonne maîtrise d’un budget requière une bonne dose d’anticipation. Une entreprise ne gère pas ses dépenses au jour le jour. Vous n’êtes pas une entreprise ? Peu importe, vous devez gérer votre budget personnel avec autant de sérieux et d’application qu’une entreprise.

  • Vous savez que chaque année à la même époque tombent les impôts sur le revenu. Plutôt que de vous retrouver en difficulté le moment venu parce que vous ne savez pas où trouver les 600€ que vous devez… mettre de côté chaque mois 50€. Au bout de 12 mois vous aurez vos 600€, et vous ne serez pas en difficulté pour autant.
  • Noël arrive (ça tombe à la même date chaque année, pas de panique). Votre budget est serré, vous allez avoir du mal à faire vos petits cadeaux… Sauf si chaque mois vous avez mis de côté une petite somme. Avec 20€ chaque mois, vous arrivez au bout de 12 mois avec 240€. C’est peut-être pas énorme, mais ça fait 8 cadeaux à 30€ chacun. Le tout sans vous retrouver en difficulté le moment venu.
L’épargne de secours

Vous arrivez au bout. Une fois toutes les étapes ci-dessus effectuées, il ne vous reste plus qu’à vous constituer une épargne de secours. Celle-ci sera nécessaire afin de faire face à d’éventuels coups durs. C’est elle qui vous permettra de rester à flots en vous évitant par exemple de devoir faire un crédit dans l’urgence. Ou encore en vous évitant de devoir revendre du jour au lendemain la collection de timbres légué par votre grand père et à laquelle vous teniez beaucoup.

En général il est conseillé d’avoir une épargne de secours équivalent à au moins trois mois de revenus. Ou éventuellement à six mois de dépenses. Cela permet de voir venir et de s’assurer une certaine sérénité d’esprit.

Les choses sérieuses débutent : Être indépendant passe par l’investissement

Nous entrons maintenant dans le vif du sujet. Oui, jusqu’à maintenant nous n’avons fait qu’effleurer la surface. Devenir indépendant financièrement, ça se mérite !

Dans les étapes précédentes vous avez :

  • Pris conscience de votre budget
  • Fait le nécessaire pour réduire vos dépenses
  • Commencé à anticiper les événements répétitifs
  • Constituer votre première ligne de défense, l’épargne de secours

Désormais, vous allez devoir investir le surplus de budget qu’il vous reste une fois toutes vos dépenses effectuées. Car désolé, mais ce n’est pas en laissant vos économies sur un simple Livret A que vous allez réduire votre dépendance à votre patron.

Il va vous falloir prendre un peu plus de risque avec ce surplus d’argent. Le but étant tout de même de ne pas prendre de risques inconsidérés.

Voici donc les différents types de supports sur lesquels vous pourrez investir. Je parle bien là d’investissement, et non plus d’épargne. Exit donc les livrets bancaires. Je vais classer ces supports (liste non exhaustive) selon leur niveau de risque. Notez bien que moins vous prendrez de risque, moins votre rendement sera important. Par conséquent, plus le rendement proposé est important, plus le risque de perte est élevé.

  • l’Assurance Vie
    • Fonds Euros : risque faible, rendement net de frais de gestion tournant à 2 / 2,5% chez les meilleurs courtiers en ligne. Le capital est garanti.
    • Unités de Compte : risque élevé, rendement variable. Ce sont des produits boursiers. Ils peuvent donc offrir un rendement intéressant, mais aussi des sueurs froides.
    • Mix Fonds Euros / Unités de compte : risque variable, selon la proportion de chacun de ces deux types de support.
  • les SCPI (Société Civile de Placement Immobilier)
    • Risque modéré dans l’ensemble. Tout dépends tout de même de la SCPI sur laquelle l’investissement a lieu. Toutes ne se valent pas. Le rendement brut peut atteindre jusqu’à 4/5% par an. L’investissement en SCPI permet d’investir dans l’immobilier sans les nombreuses contraintes d’un investissement locatif (gestion du locataire, problèmes de loyers impayés, travaux à effectuer, …)
  • la bourse
    • Risque élevé dans l’ensemble, mais variant grandement selon la stratégie choisie. Il existe une multitude de stratégies boursières. La performance moyenne sur long terme est de 6 à 7% brut par an. Mais cela comprends en particulier des périodes de krach nécessitant d’avoir le cœur bien accroché… ainsi qu’un self contrôle évident pour ne pas tout abandonner lors d’un creux de marché.
  • l’immobilier locatif
    • Risque élevé. Les rendements sont variables et dépendent qu’un grand nombre de variables (prix d’achat, lieu, …). J’estime qu’il s’agit d’un type d’investissement aussi risqué que la bourse. Je place les deux au même niveau. L’un des gros avantages de l’immobilier locatif est de pouvoir faire jouer à plein l’effet de levier. Ce que la bourse ne permet pas vraiment.
  • le Capital risque
    • Risque très élevé. Il s’agit d’entrer au capital de Start-up via des plates-formes en ligne. Le gain peut-être très important, mais miser sur la bonne société relève trop souvent du hasard le plus total. C’est du spéculatif. À ne pas mettre entre les mains de n’importe qui.
  • les crypto-monnaies
    • Risque énorme. Un type de produit parmi les lis spéculatifs existant. Je l’évoque ici uniquement parce que c’est à la mode et pour dire tout le mal que j’en pense.

Je préconise (ce n’est que mon avis, chacun est totalement libre d’agir comme il le souhaite) de se limiter au niveau de risque qu’offrent la bourse et l’immobilier. A noter qu’avant de se lancer dans n’importe quel investissement qui soit, il convient de se former. Vous devez absolument comprendre et maîtriser ce dans quoi vous vous lancez.

L’objectif est clairement de faire croître votre capital au fil du temps. Réduire sa dépendance financière à son patron est donc quelque chose de parfaitement réalisable, et ce pour bon nombre de personnes. Cela nécessite tout de même du temps (en années, sauf à gagner au Loto) ainsi qu’une grande force d’esprit permettant de ne pas abandonner à la moindre difficulté rencontrée. Mais avant toutes choses, la volonté sera votre première et principale  arme dans ce combat financier.

Ne lâchez jamais. Indépendant vous n’êtes pas encore, mais indépendant vous allez devenir.

1 commentaire sur “Devenez indépendant (ou presque) financièrement”

  1. Ping : "Votre salaire ne peut pas vous rendre riche [...]" | le Petit Actionnaire

Laisser un commentaire