Effet de levier : investissez l’argent de la banque

Qu’est-ce que l’effet de levier ?

L’effet de levier, c’est l’art de réaliser des investissements en utilisant non pas son argent, mais celui d’autrui ; en général celui de la banque ou d’un courtier. L’idée est de pouvoir bénéficier d’un prêt afin de faire grossir son patrimoine.

L’exemple parfait est l’achat d’un bien immobilier. À moins de pouvoir le financer sur fonds propres (ce qui n’est pas idéal d’un point de vue patrimonial), la seule autre option disponible est le crédit bancaire. Aussi, dès lors que la banque vous permet d’acheter votre bien, vous profitez à fond de l’effet de levier. Vous avez fait grossir votre patrimoine avec… de l’argent qui n’est pas le votre.

Certes l’effet de levier sous-entend devoir rembourser ce levier (crédit) au fil du temps. Y compris les intérêts bancaires qui vont avec. Mais cela permet de posséder (mobiliers ou immobiliers) qu’il n’aurait pas été possible de posséder autrement.

L’effet de levier est-il accessible uniquement pour l’immobilier ?

L’achat immobilier est effectivement le meilleur moyen de faire jouer l’effet de levier. Les banques ont confiance en la pierre et sont plus ouvertes pour financer à crédit un bien immobilier plutôt que l’achat à crédit d’actions.

Pourtant, d’un point de vue théorique, acheter des actions avec un crédit bancaire est tout à fait possible. Mais s’agissant d’un actif plus risqué, le banquier aura certainement plus de réticences à concéder un crédit. Ce n’est pas impossible, mais ce sera plus compliqué et avec de moins bonnes conditions.

Et donc, pour les actions ?

Deux options, autres que le crédit alloué, sont envisageables pour profiter de l’effet de levier lors de l’achat d’actions :

  • Profiter de la marge « offerte » par votre courtier. Le soucis est que tous les courtiers ne proposent pas ce type de service. De plus, pour en bénéficier à un niveau intéressant, il faut déjà posséder un certain encours sur son compte titres.
  • Profiter des offres promotionnelles de crédits non alloués (qui ne nécessitent pas de justifier au préteur quelle sera l’utilisation des fonds). Pourquoi les offres promotionnelles ? Tout simplement parce que sans elles ce type de crédit est généralement soumis à un très fort taux d’intérêt.
Mon expérience personnelle

Autant le dire tout de suite, faire un crédit… très peu pour moi. Je déteste devoir de l’argent, et encore plus en dépenser lorsqu’il ne m’appartient pas.

Pourtant, par la force des choses : mauvaise lecture de ma part de mon contrat de souscription à un credit renouvelable, (pour augmenter ma surface financière et non pas pour dépenser à tort et à travers), j’ai également souscris à un petit crédit.

Sur le moment, j’ai clairement hésité à faire jouer la clause de renonciation. Mais après réflexion, les 2,5k€ empruntés me permettent de gagner quelques mois sur ma feuille de route virtuelle. Un taux à 2,97% fixe sur 18 mois, moins de 150€ de remboursement mensuel… je ne prends qu’un risque financier très très minime. L’idéal pour engranger de l’expérience et, pourquoi pas, envisager une prise de risques un peu plus importante une prochaine fois.

L’effet de levier est-il indispensable ?

Chacun aura bien sur son avis personnel sur la chose. En ce qui me concerne, je pense qu’il est indispensable d’en profiter autant que possible. Qui plus est lorsque les revenus sont limités et que le patrimoine de départ est réduit (ce qui est mon cas).

Mon objectif n’est pas de devenir rentier (je pense partir de bien trop loin pour y parvenir). Par contre, j’aimerai me créer un revenu supplémentaire me permettant de réduire mon temps de travail. Je gagné là quelques mois sur la réalisation de cet objectif.

C’estpeu, mais c’est une étape importante. Un signe que ma stratégie patrimoniale passe un nouveau cap. Il est symbolique, mais il existe. Pour moi, l’effet de levier est donc clairement nécessaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.