Investir en évitant les arnaques

« Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que ce n’est pas vrai »

Voilà une Maxime que vous devriez garder en tête en toute circonstance. Plus particulièrement lorsqu’il s’agit de votre argent. Mais alors, qu’est-ce qui peut-être considéré comme étant trop beau et donc comme une arnaque ? Voici quelques éléments de réponse …

Où commence le risque ?

Il couramment convenu que le placement sans risque numéro 1, c’est le Livret A. Non fiscalisé, ouvert à chacun sans conditions fiscales particulières… il est rémunéré, au moment de l’écriture de ces lignes, à hauteur de 0,75% net /an. Il est également possible de citer le Livret d’Épargne Populaire, qui lui est soumis à des conditions fiscales préalables. Il est, en ce qui le concerne, rémunéré 1,25% net /an. Ce sont des placements à capital garanti. Nous ne sommes donc pas encore arrivés dans catégorie investissements.

C’est à partir de ce niveau de rendement qu’apparaît le risque. D’abord minime, il augmente avec le rendement. Il n’y a, dès lors, plus de garantie du capital. Cela signifie que des pertes de capital ne sont pas à exclure.

Qu’espérer de la bourse ou de l’immobilier ?
L’investissement boursier

La bourse peut-permettre d’obtenir des rendements très élevés. C’est un fait. Mais plus le rendement augmente, plus le niveau de risque lié devient important. En bourse, un rendement annualisé de 5 à 7% est envisageable (donc non garanti) sur du long terme (plusieurs années). Il est bien sûr possible de faire beaucoup mieux. Mais ce n’est pas à la portée de tout le monde.

L’investissement immobilier

Dans l’immobilier, un rendement de 10% brut est quelque chose de correct. Les meilleurs investisseurs parviendront certainement à réaliser de 10% net. Mais cela demandera un investissement personnel de tous les instants. Il faudra tomber sur la perle rare, contenir au maximum le coût des travaux, trouver des locataires exemplaires, mais aussi avoir une petite dose de chance.

« Trop beau pour être vrai » ?

D’une façon générale, de nombreux indices peuvent vous mettre la puce à l’oreille. Ces éléments devraient vous inciter fortement à vous détourner de ces « investissements » :

  • un rendement « garanti »… Comme évoqué ci-dessus, les seuls rendements garantis sont à 0,75% (livret A et LDDs) et à 1,25% (LEP). Si on vous garanti tout autre rendement, soyez sceptique.
  • un rendement mirobolant… Là encore, aucun investissement ne pouvant garantir le moindre rendement, dès lors que vous lisez « **% sans efforts » passez votre chemin. Mais attention ! Certains petits malins peuvent par exemple proposer du 1% garanti… par mois. Cela fait plus de 12% /an…
Existe-t-il d’autres signes qui doivent faire penser à une arnaque ?

Bien sûr. Et il n’y en a pas qu’un seul. Chacun d’entre eux doit vous pousser à vous poser des questions sur la véracité de ce qui vous est proposé.

Ancienneté du site « démarcheur »

En général, l’historique de rendement est toujours indiqué façon ostentatoire ».

« 10% par an depuis 15 ans« 

Unepetite astuce consiste à vérifier depuis combien de temps existe le site internet en question. Rendez-vous sur ce site. Renseignez le nom du site que vous souhaitez « analyser ». Une fois les résultats affichés, recherchez (parmi toutes les autres) la ligne « créateur ». Vous connaîtrez alors la date d’enregistrement de l’adresse internet.

Si cet enregistrement est excessivement récent alors que le site se targue de plusieurs années d’historique exceptionnel, il y a des questions à se poser. Une arnaque n’est pas à exclure.

Mentions légales du site « démarcheur »

Une société « en règle » doit obligatoirement rendre accessible une page « mentions légales » sur son site internet. Elle doit notamment afficher :

  • l’adresse du siège sociale de la société. Une domiciliation dans des pays « exotiques » doit interpeller.
  • le nom et prénom du responsable de la société. Une rapide recherche en ligne permettra sûrement d’obtenir des informations sur ledit dirigeant. Si rien ne ressort, considérez cela comme étant suspect.
  • le numéro d’égrément AMF. Celui-ci est obligatoire pour pouvoir exercer une activité professionnelle, en France, sur les marchés financiers.

Il ne faut pas prendre à la légère l’absence de ces données essentielles. C’est le signe, au mieux, d’un non respect de la loi. Au pire… d’une arnaque. Dans le doute, gardez votre argent. Au moins vous ne le perdrez pas.

Laisser un commentaire