Acheter au son du canon et vendre au son du clairon

Acheter au son du canon et vendre au son du clairon

Acheter au son du canon et vendre au son du clairon

Voici une petite maxime que je trouve intéressante. Pour faire simple, elle dit qu’il faut acheter lorsque les mauvaises nouvelles s’accumulent sur les marchés, et vendre lorsque tout semble aller pour le mieux. Il convient donc de vendre haut (tout semble aller bien) et d’acheter bas (tout semble aller mal).

Acheter dans un marché baissier – « acheter au son du canon »

Pour nombre d’investisseurs, ce n’est pas une chose aisée à faire. Il est bien souvent difficile de se décider à acheter au son du canon,  lorsque les marchés, de façon générale, présentent trop d’incertitudes. Cela revient à « attraper un couteau qui tombe ». Ce qui est très souvent déconseillé.

Pourtant, c’est à ce moment que peuvent se faire les meilleurs achats. Je ne parle pas d’acheter le premier titre venu parce qu’il côté seulement 1€. Non, je parle d’acheter des sociétés solides qui auront subit la baisse générale des marchés, sans pour autant remettre en cause leurs avantages concurrentiels et leurs qualités.

C’est une chose que j’aime particulièrement, à titre personnel. Acheter / renforcer à la baisse. Je suis bien plus à l’aise que lorsqu’il s’agit d’acheter durant une hausse des marchés.

Vendre dans un marché haussier – « vendre au son du clairon »

Étonnement, il est, là encore, bien souvent difficile de se résoudre à vendre ses positions lorsque le marché monte. En effet, voir ses titres monter est quelque chose de particulièrement valorisant. Et pas seulement financièrement parlant.

Prendre une telle décision peut entrainer, pour l’investisseur, le fait de manquer une grosse partie de la hausse à venir des marchés est une crainte importante et compréhensible. La solution serait donc peut-être, pour ceux qui désirent vendre « au son du clairon », de sortir par petites touches. Afin de lisser les cours de sortie.

Disposer de liquidités

Cette « vente au son du clairon » permet à l’investisseur de disposer de liquidités pour le jour où les marchés baisseront. Il pourra alors reprendre des positions sur des sociétés solides, et ce à moindre coût.

Oui mais…

Avoir des liquidités c’est une chose. Être capable de les investir lorsque les marchés auront bien baissé (voir ci-dessus : Acheter dans un marché baissier – « au son du canon »), c’est autre chose. Il ne faut surtout pas négliger le côté psychologique de l’investisseur.

Le risque est donc grand de ne jamais franchir le pas du réinvestissement. Ou alors, il faudra attendre que les marchés aient bien remontés… ce qui serait quand même un peu contre-productif.

Donc…

Si cette maxime peut sembler plein de bon sens, elle ne peut pourtant pas s’appliquer à tous les investisseurs. Chacun ayant ses propres perceptions de l’investissement, sa propre approche psychologique et un caractère qui lui est propre.

Des achats au plus bas et des ventes au plus haut sont bien sûr le rêve de chaque investisseur. Mais c’est quasiment illusoire d’espérer y parvenir régulièrement sur du long terme. En particulier pour l’investisseur lambda.

Laisser un commentaire