Rente et réduction du temps de travail

Devenir rentier (ou semi-rentier). Toucher une rente mensuelle qui permet à minima de réduire son temps de travail et d’avoir plus de temps libre. Qui n’en a jamais rêvé ? Et si je me lançais moi-même ? La stratégie est définie. Voici ici les raisons et explications de sa mise en œuvre.

Le travail, aujourd’hui en France
  • un salarié travaillant à temps plein (35h /semaine) est à disposition de son employeur 1607h /an. C’est équivalent à 67 jours non stop.
  • en considérant (pour simplifier) que chaque journée de travail dure 7h, ce sont alors 230 jours /an qui sont consacrés à votre employeur.

Il n’y a pas de mauvaise raison de vouloir réduire / arrêter de travailler. D’autant plus lorsque les finances le permettent ni grâce à l’assurance d’un complément de revenus. Je ne parle bien sûr pas d’arrêter de travailler volontairement uniquement dans le but de toucher des allocations diverses et variées. J’évoque une source de revenus liée à des investissements, un héritage…

Réduire son temps de travail

Entendons-nous bien. Je ne sous-entends à aucun moment que que travailler soit insurmontable. Néanmoins, de nombreuses raisons, propres à chacun et toutes aussi justifiables les une que les autres peuvent pousser à profiter plus de temps pour soi.

Personnellement je souhaite pouvoir passer plus de temps avec ma fille. Mon objectif de réduire mon temps de travail de 216h /an me permettra, sur 36 semaines scolaires de 4 jours chacune. Cela représente 1h30 /jour.
Cela peut parraître peu. Pourtant, travaillant en coupures, sur ces 36 semaines, cela me permettra d’avoir quasiment toute la journée de libre. Quelque chose d’extrêmement appréciable.

Un si faible gain de temps vaut-il vraiment le coup / coût ?

Là encore, le réponse variera d’une personne à l’autre. En ce qui me concerne, j’estime que « oui ». Car il m’apportera plusieurs avantages déjà évoqués ci-dessus :

  • possibilité de passer plus de temps avec ma fille
  • avoir la totalité de mes journées de libre (entre 9h15 et 16h)
  • ne plus avoir certaines contraintes horaires

En contre-partie, j’aurais bien sûr quelques pertes d’avantages. Mais elles ne sont pas de nature à me décourager d’atteindre mon objectif :

  • perte de salaire d’environ 150€ /mois (compensée en partie par la rente et le reste par une réduction ma capacité d’investissement et d’épargne).
  • perte d’avantages en nature (repas pris sur mon actuel lieu de travail)
Pourquoi ne pas viser une plus grosse réduction du temps de travail ?

Pour plusieurs raisons, qui ne sont pas nécessairement d’ordre financier. Certaines dépendent directement de l’organisation de mon travail en lui même.

Raisons personnelles
  • Ma fille grandi. C’est aujourd’hui que je veux pouvoir profiter d’elle.
  • Je ne peux pas emmener ma fille à l’école, manger avec elle le midi, ni même la récupérer le soir à la sortie de l’école car je suis à mon travail, qui consiste à… m’occuper d’enfants pendant que leurs propres parents travaillent eux aussi…
Raison professionnelle
  • Mon emploi du temps est composé de différentes « missions » selon chaque jour de la semaine, mais aussi selon chaque semaine (scolaire ou non). Une réduction de mon temps de travail ne pourrait se faire qu’en mettant de côté l’une de ses missions. Chacune d’entre elle a un nombre d’heures annuel différent. Je ne peux pas me permettre de stopper les plus importantes
Raison financières
  • Mes revenus ainsi que mon patrimoine restent sommes toutes assez limités. Envisager de faire grossir mon capital afin d’en tirer une rente plus importante ne serait pas pour me déplaire. Mais cela nécessiterait encore de nombreuses années. Du temps avec ma fille qui serait « perdu » et surtout irratrapable