le Petit Actionnaire
12 mars 2019 les livrets bancaires

Les livrets bancaires : intérêt et utilité

Livret A, Livret de Développement Durable et Solidaire, Livret d’Épargne Populaire, Livret Jeune, Livrets bancaires… Les établissement bancaires ne savent plus quoi proposer pour vous inciter à y déposer votre argent. Ce n’est pas compliqué. Quelle que soit votre situation, il y aura un livret “pour vous”. Mais ceux-ci présentent-ils vraiment un intérêt particulier à être détenu ? Votre commercial conseiller bancaire vous répondra un grand “OUI” sans aucune hésitation. Personnellement je serais bien plus critique…

Les livrets bancaires, une rémunération variable

Les livrets bancaires sont “rémunérés” selon un taux d’intérêt. Celui-ci dépends du type de livret dont vous disposez. De plus, certains livrets seront soumis à une certaine fiscalité (Impôt sur le Revenu + Prélèvements sociaux).

Peut-être vous dites-vous que la banque est bien généreuse de vous “offrir” ces intérêts. Ne soyez pas naïfs ! Les livrets réglementés (Livret A, LDDS, LEP, …) ont tous des taux qui sont fixés par la loi. Ainsi,quel que soit l’établissement bancaire, tous le rémunéreront au même niveau. Il n’y aura aucun différence. Ainsi, en mars 2019, les taux des principaux livrets sont les suivants :

  • Livret A : 0,75%
  • LDDS : 0,75%
  • LEP : 1,25%
  • Livret Jeune : variable selon chaque banque, mais rien d’exceptionnel pour autant)

Par contre, sorti de ces livrets dits réglementés, qui soit dit en passant ne sont pas soumis à imposition), les banques peuvent également proposer des produit maison. Produits qui seront immanquablement flanqués d’un taux d’intérêt totalement ridicule, et qui en prime seront soumis à imposition.

C’est à dire que quand votre banque vous rémunère à 0,3 ou 0,5% brut… vous vous faites bien avoir.

Et les “Supers Livrets” dans tout ça ?

Il existe effectivement des “Supers Livrets”, lesquels proposent des rémunérations (brutes) alléchantes. Du type 2,3 voir 4% ! Bien sûr, vous vous dites que comparé aux livrets “classiques” évoqués ci-dessus, c’est particulièrement intéressant.

Et bien non. En fait il ne s’agit que d’une stratégie marketing afin d’attirer le chaland. Car ces rémunérations importantes ne sont généralement valables que quelques mois (3 ou 4 maximum). Passé cette période, la rémunération redescend en flèche, dans la grande majorité des cas sous le niveau du livret A.

Exemple pratique

Vous disposez de 100€ à placer le 31 décembre. Vous avez le choix entre un livret A à 0,75% par an et un “Super livret” à 3% pendant 3 mois puis à 0,5%. Voyons quel est, au final, le placement le plus “intéressant” ?

Livret A
  • 100 à 0,75% par an vous rapporteront à la fin de l’année… la bagatelle de 0,75€ … Même pas de quoi vous acheter une baguette de pain chez le boulanger.
Super Livret
  • 100€ placé pendant trois mois à 3% brut vous rapporteront, au 31 mars, la somme de 0,74€ bruts.
  • Ensuite, du premier avril au 31 décembre, la rémunération tombe à 0,5% brut par an. Soit un total de 0,37€ bruts !

Au total sur l’année, votre “Super Livret” vous aura finalement rapporté la somme de 1,11€ bruts. Pour le passer en “net, il faut y retirer 17,2% de prélèvement sociaux, plus votre Taux Marginal d’Imposition (TMI).

  • vous ne payez pas d’Impôts sur le Revenu (IR) : 0,92€ d’intérêts
  • vous avez un TMI de 14% : 0,76€ d’intérêts
  • votre TMI est de 30% : 0,59€ d’intérêts
  • vous avez un TMI de 41% : 0,46€ d’intérêts
  • votre TMI est de 45% : 0,42€ d’intérêts
  • vous avez opté pour le Prélèvement Forfaite Unique (PFU) de 30% : 0,78€ d’intérêts

Comme vous pouvez le constater, dans le meilleur des cas, votre “Super Livret” avec 100€ dessus fera un peu mieux que le Livret A et vous permettra de vous acheter une baguette chez le boulanger une fois par an.

Le calcul des intérêts

Vous pensiez que dès que vous déposiez de l’argent sur votre livret vous commenciez à recevoir des intérêts ? Que nenni ! Ce serait bien trop simple (pour vous) et embêtant (pour la banque).

Les intérêts, sur ce type de livrets, ne sont comptabilisé que deux fois par moi. Une première fois le 15 (une fois la journée terminée), et une seconde à l’issue du dernier jour du mois.

Bien sûr, pour pouvoir vous rapporter des intérêts, vos fonds doivent avoir passé l’ensemble de la période sur votre livret. Comprenez par là que les 100€ que vous déposez le 5 de chaque mois après avoir touché votre paye ne commenceront à vous rapporter des intérêts que le 16. Du 5 au 15, bien que placé sur votre livret, cela ne vous rapportera rien.

Par contre, lorsque vous retirez de l’argent, c’est l’inverse. Si vous retirez ces même 100€ le 31 du même mois pour payer la nounou de votre enfant, et bien ce sera comme si cet argent n’avait jamais été sur votre livret. Il y aura passé 26 jours, mais il ne vous aura rapporté AUCUN intérêt.

La banque est contente, elle aura pu faire travailler votre argent pendant 26 jours sans rien vous devoir en retour. Elle n’est pas belle la vie ?

Le piège de l’inflation

Mais ce n’est pas tout. Peut-être vos dites-vous que ce n’est pas grave. Car même si c’est peu, vous “gagnez” quand même quelques intérêts chaque année. La preuve… ils sont versés chaque année, sur votre compte, dès le 1er janvier.

Oui mais non… Car si effectivement vous touchez chaque année vos intérêts sur l’année précédente, il ne faut pas oublier que votre capital subit de plein fouet l’inflation.

Bien que votre capital augmente très légèrement grâce aux intérêts, le pouvoir d’achat de celui-ci diminue selon le taux d’inflation.

C’est à dire que si l’inflation est de 2% par an (c’est l’objectif officiel de la Banque Centrale Européenne), alors votre argent placé à 0,75% d’intérêt sur le Livret A voit on pouvoir d’achat diminuer de 1,25% par an.

Vous perdez donc de l’argent chaque année en le laissant végéter sur les livrets bancaires.

A quoi peuvent donc bien servir ces livrets bancaires ?

Vous l’aurez probablement compris, les livrets bancaires ne sont absolument pas adaptés à la conservation “long terme” de votre argent.

Pourtant, ces livrets présentent un intérêt pour tout investisseur. Ils présentent l’énorme avantage de pouvoir conserver de l’argent qui est immédiatement disponible en cas de besoin. Ils sont donc parfait pour conserver son épargne de secours.

À titre personnel je possède un LEP (rendement annuel de 1,25%) sur lequel est conservée la totalité de mon épargne pour “dépenses anticipée”. Le Livret A sert à conserver mes provisions pour les impôts, les factures d’eau et d’électricité. Le LDDS me permet de conserver mon épargne de secours.

Il s’agit donc de l’argent sont j’aurai besoin à court ou à moyen terme. Celui qu’il ne faut en aucun cas investir.

Pour tout le reste, l’argent sont je n’aurai, à priori, pas besoin avant plusieurs années (dans l’idéal jamais), je l’investi en bourse. Via mon PEA et mon CTO ouverts chez Bourse Direct.

Alternatives aux Livrets bancaires

Une alternative possible, outre celle évoquée ci-dessus, est d’ouvrir une ou plusieurs Assurances Vie (AV). Soit pour investir sur des obligations (apellées “fonds euros”), soit sur des “Unité de Compte” (des actions logées dans une AV).

Pour ses enfants, il est également possible d’ouvrir un Compte Titres en complément d’un Livret A / Livret Jeune.


2 réactions au sujet de « Les livrets bancaires : intérêt et utilité »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + 5 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :