le Petit Actionnaire
15 août 2019 quand investir en bourse ? les mauvaises bonnes raisons

Quand investir en bourse ?

Phase haussière ou phase baissière ? Que faire si les marchés stagnent depuis quelques temps ? Vous souhaitez investir en bourse, mais vous ne savez vraiment pas à quel moment il serait bon de le faire. Vous avez peur de faire une bêtise, et vous repoussez donc sans cesse vos achats. Voici quelques conseils pour (enfin) franchir le pas et ne pas vous laisser abattre par de “mauvaises bonnes raisons” !

Il y a toujours une “mauvaise bonne raison” d’attendre

Votre compte (PEA ou CTO) est alimenté. Vous avez sélectionné le(s) titre(s) que vous souhaitez acquérir, mais votre esprit s’embrouille au moment fatidique de passer votre ordre. Vous avez en tête le fait que les marchés sont…

…Haussiers

Vous craignez, dès lors, d’effectuer votre / vos achat(s) sur un point haut. Ne voulant pas prendre le risque de voir rapidement votre portefeuille devenir “rouge” en cas de baisse à court terme, vous preferez finalement jouer la sécurité.

Les marchés sont trop hauts. Je vais attendre qu’ils rebaissent avant d’acheter.

…Baissiers

Votre crainte est d’acheter… alors même que la baisse n’est pas terminée. Certes le cours affiché vous donne envie, mais une petite voix vous dit, dans votre tête, d’attendre encore un peu.

Peut-être qu’en attendant encore un peu, je pourrai payer encore moins cher.

Autre alternative en cas de baisse

Le niveaux touché par les marchés est extrêmement bas. Plus bas que cela, c’est zéro (pour imager la situation). La tentation est grande de passer un ordre. Mais…

La bourse c’est fini. La baisse a été telle que les marchés ne s’en relèveront pas.

…Stagnants

Ce cas de figure n’est pas assez souvent pris en compte par les investisseurs, qui ne voient généralement que par des hausses et des baisses successives.

Les variations sont tellement insignifiantes que la bourse ne rapporte plus rien. Autant passer son tour.

Les “bonnes raisons” ne sont pas toujours bonnes

Par définition, investir dans quelque chose c’est prendre un risque financier. L’idéal est donc de réduire ce risque. Cela aura pour conséquence de renforcer la confiance en soi, tout en évacuant plus facilement la peur (légitime) qui vous habite.

Car ces “mauvaises bonnes raisons” vous obligent à toujours repousser votre achat. Vous procrastinez ! Aussi, vous ne pourrez pas profiter des hausses à venir, ni même de cette petite correction bien sympathique pour acheter moins cher. Vous êtes comme paralysé par l’enjeu financier.

Le “mauvaises bonnes raisons”, bien que paraissant sensées et éprises de bon sens ne sont au final que des craintes psychologiques qui pourrissent vos investissements. Bien sûr qu’il est idéal d’acheter au plus bas. Mais c’est difficile. Très difficile. Tant dans la prédiction du moment exact que dans la capacité à passer un ordre en situation de baisse importante des cours.

Comment éluder ces mauvaises bonnes raisons ?

Pour y parvenir, plusieurs règles simples sont à respecter. Celles-ci vous permettront de réduire votre niveau d’appréhension et faciliteront votre prise de décision.

N’investir que de l’argent dont vous n’avez pas besoin à court et moyen terme.

C’est une règle que tout investisseur prudent se devrait de respecter à la lettre ! N’investir, pour le dire autrement, que ce que vous pouvez vous permettre de perdre (sans pour autant vous mettre en difficulté) n’est autre que le b.a.-ba.

  • “ce dont vous n’avez pas besoin à court ou moyen terme : signifie que mettre en bourse l’argent dont vous aurez besoin pour vos prochaines courses alimentaires est une très mauvaise idée. Il en est de même pour les économies que vous comptez réaliser sur les quatre ou cinq prochaines années pour changer de voiture. Pour ces dernières, privilégiez une assurance vie avec de bon font euros.
  • “sans pour autant vous mettre en difficultés” : investir (quelque soit le support) entraîne un risque de perte du capital. Vous devez alors vous assurer que si vos actions devaient ne plus rien valoir, cela ne mettrait pas en péril votre situation financière. Pour cela, avant tout investissement, pensez à vous constituer une poche de liquidités suffisante afin de pouvoir faire face à un besoin urgent de trésorerie. C’est ce que l’on appelle l’Épargne de Secours.

Ne cherchez pas à obtenir un rendement faramineux

Que ce soit en bourse ou dans n’importe quel autre type d’investissement, “redement élevé” rime inexorablement avec “risques accrus”. Aussi, augmenter vos risques vous fera probablement (et c’est tout à fait normal) être plus craintif quant à la sélection du moment opportun pour investir.

Notez également que personne, je dis bien personne, ne peut vous garantir un rendement précis. Si vous tombez sur du “6% garanti” (ou n’importe quel autre niveau de rendement), passez votre chemin. Ne vous faites pas arnaquer.

Le façon de faire du Petit Actionnaire

J’essaie d’être le plus pragmatique possible. Comme je l’évoque dans chacun de mes rapports d’investissement, je n’ai aucune idée du niveau auquel seront les marchés dans les semaines / mois / années à venir.

J’estime donc, que ma stratégie d’investissement basée sur les dividendes me permet de ne pas considérer cette variable comme étant importante. Je m’autorise, de fait, à renforcer mes positions à tout moment dès lors que j’ai des liquidités de disponible. Quel que soit le niveau des marchés.

Ce qui m’intéresse c’est uniquement le niveau des dividendes que je perçois chaque année (et la qualité des sociétés que je possède). Mon prix de revient unitaire (PRU) ne sera jamais “au top”, mais je me protège tout de même d’éventuels achats sur des points hauts, puisque ceux-ci seront compensés par d’autres achats… sur des points bas.

Les “mauvaises bonnes raisons” se doivent clairement d’être évacuées du raisonnement lors d’un investissement dividende !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 + dix =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :