le Petit Actionnaire
2 septembre 2019 twitter

Twitter… repère de la “lutte anti-dividendes”

L’été touche à sa fin. C’est la rentrées des classes et… des taxes. C’est aussi le moment pour moi de reprendre un peu plus d’activité sur le site du Petit Actionnaire. Entre les mois de juillet “vacances” et le mois d’août “rush annuel”, cet été fut assez peu prolixe au niveau des publications sur le site.

Petite rentrée donc, suite à mon premier mois d’expérience sur le réseau social Twitter. Rien de bien folichon d’un point de vue de l’investissement pur. Mais il faut bien démarrer cette nouvelle année scolaire d’une façon ou d’une autre.

Twitter, mes premiers pas

Fin juillet, j’ai décidé d’ouvrir un compte twitter au nom du Petit Actionnaire. L’idée était de pouvoir augmenter l’audience du site, via un autre vecteur de partage de mes publications.

Rapidement, pourtant, je me suis mis à intervenir sur différents tweet liés notamment aux dividendes. Il aurait été aisé de n’intervenir que sur des sujets “en faveur” de ces versements aux actionnaires. Seulement, je trouve plus intéressant (et surtout plus instructif) de me placer en tant que contradicteur.

Les dividendes “c’est le mal”

Pour de nombreux intervenants, les dividendes sont responsables de tous les maux (ou presque) du monde actuel. Il est “honteux” que les actionnaires se partagent les dividendes “issus du travail des salariés”. C’est tout simplement du banditisme de haut chemin.

Les reseaux sociaux, twitter en particulier, sont des lieux bennis pour déverser de la bille sur les actionnaires, mettant (sans vergogne) dans le même panier “riches actionnaires” (les familles, patrons, …) et petits porteurs comme vous et moi.

Pourtant, je prends réellement du plaisir avec ces “joutes verbales”. Si je n’ai pas la prétention de convaincre qui que ce soit, j’ai au moins la satisfaction d’apporter un point de vue différent (même si incompris).

Record de dividendes

Comme je l’ai évoqué dès le mois de février dernier, l’année 2019 devrait être une nouvelle année “record” pour les dividendes versés. Il ne sera alors pas étonnant de dire que ce genre de nouvelle entraîne un déluge de réactions plus ou moins hostiles à l’encontre des investisseurs.

Il semble que nombreux intervenants ne prennent pas en compte le fait que es dividendes sont taxés à la source (au niveau de la société), et ensuite au niveau des investisseurs eux-mêmes. Ressources qui alimentent les caisses de l’État, et, par définition, ses programmes sociaux.

Et après ?

  • L’avantage de Twitter, selon moi, est de pouvoir interagir “en direct”, mais aussi et surtout de mener des échanges en seulement quelques minutes, là où il faut bien plus de temps pour écrire un article. Je compte donc poursuivre mon “aventure” sur ce réseau. Bien-sûr, ce sera fait sans délaisser le site du Petit Actionnaire.
  • Comme je suis de plutôt bonne humeur ce jour, je pense faire un petit quelque chose pour une association “anti-capitaliste”. Probablement un petit don, comme j’en fait chaque mois pour différentes associations / organismes. Non pas par adhésion aux idées défendues, mais plutôt dans le sens “je ne suis pas d’accord avec vous, mais je souhaite que vous puissiez vous exprimer”.

Édit du 03/09/2019


Pourquoi y perdre mon temps ?

Simplement parce que je ne considère pas qu’il s’agisse d’une perte de temps. Si je respecte le point de vue de chacun et que je me fait un devoir de conserver mon calme ainsi qu’une certaine courtoisie malgré certains échanges, je pense necessaire d’intervenir afin de rétablir certains faits et vérités.

Lutter contre une certaine propagande

Les réseaux sociaux sont des espaces exceptionnels de liberté, lesquels permettent à tout un chacun de partager ses idées. Que l’on approuvexou pas ces sociétés (Twitter, Facebook, …), les services qu’elles fournissent ont clairement trouvé leur public.

On y trouve tout aussi bien des prix Nobels que des “ahuris”. Chacun ayant, malheureusement, le même espace d’expression. Les “Nobels” étant par définition plus rares, il est facile de lire tout et n’importe quoi au sujet des dividendes et de l’économie en général.

Si je refuse de politiser les choses, il est malgré tout évident que ces sujets sont très largement repris par certains mouvements étiquettés “à gauche de la gauche”. Après, tout argument est bon à entendre, quel que soit son sens… Si tant est qu’il soit factuel et non déformé. Néanmoins, je me refuse à laisser dire certaines énormités. Quitte, pour cela, à devoir débattre avec des murs.

Une réaction au sujet de « Twitter… repère de la “lutte anti-dividendes” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × un =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :