le Petit Actionnaire
8 septembre 2019 Bien vivre avec deux SMIC

Vivre correctement avec deux SMIC en 2019. Est-ce possible ?

La “grogne sociale” est, en France, un sport national. Il serait sport Olympique que notre pays en serait le champion incontesté et incontestable. Pourtant, qu’en est-il vraiment ? Est-il possible, dans notre beau pays, de bien vivre avec des revenus limités (deux SMIC) ?

On entends souvent que le SMIC est trop bas, qu’il n’est pas possible de vivre correctement avec celui-ci… Voyons donc ce que peut faire un couple (avec un enfant) et l’équivalent de deux SMIC mensuels.

Tout d’abord…

Ce que j’entends par “bien vivre” n’est autre que satisfaire ses besoins primaires (et tout ce qui en découle) sans pour autant se retrouver en difficultés financières. Le tout en conservant la possibilité de s’offrir des “petits plus” de façon régulière.

Ensuite, l’exemple que je prends est le miens. Fin septembre, Madame et moi toucherons nos salaires de fonctionnaires. Environ 1,1k€ pour elle et près de 1,4k€ pour mois. Soit un revenu net total de quasiment 2,5k€.

Dans le même temps, le SMIC mensuel net pour un temps plein est de l’ordre de 1,17k€. Pour un couple, cela représente donc un revenu mensuel de 2,34k€. C’est légèrement inférieur (de 150€) à mon foyer. Néanmoins, cela n’aura pas de conséquences fondamentales dans ma présentation ci-dessous.

Des dépenses inévitables

La vie telle que la nous connaissons aujourd’hui fait que certaines dépenses sont inévitables et reviennent de façon récurrentes. Si il peut être possible de les réduire quelque peu, on ne peut tout simplement pas s’en passer. Quels que soient le revenus, il faudra, quoi qu’il arrive, s’en acquitter.

Les impondérables…

  • le loyer / crédit immobilier : 600€ /mois

Vous allez me dire, qu’avec cette somme, on ne peut pas se loger correctement partout. C’est une évidence. Néanmoins, j’estime qu’il est de la responsabilité de chacun de se loger là où ses moyens le permettent. Ce n’est pas toujours facile à entendre, mais cela me semble tout de même logique.

Je gagne le SMIC, je ne vais pas habiter une maison avec jardin en plein centre-ville d’une grande ville
  • l’électricité : 100€ /mois (chauffage compris)

Il est inutile de surchauffer son logement. Un degré de température en moins, équivaut à une diminution de la facture d’environ 7%. De plus, de nos jours il est extrêmement aisé de changer de fournisseur d’énergie si vous trouvez que les tarifs qui vous sont imposés sont trop élevés.

  • l’eau : 30€ /mois

Prendre un bain chaque jour n’est pas conseillé. Tout comme il n’est pas nécessaire de laisser couler le robinet pendant toute la durée de la vaisselle. Vous pouvez également mettre une bouteille d’eau dans la cuvette des toilettes afin de réduire la quantité d’eau nécessaire. Au niveau du jardin (si vous en avez un), l’eau de pluie est très bien à récupérer.

  • les taxes et redevances (foncière, habitation, ordures ménagères…) : 117€ /mois

Il n’est jamais agréable de devoir payer tout ceci. Pourtant, les anticiper chaque mois évite de se trouver en difficultés quand, en fin d’année, vous recevez vos avis de paiement. Prévoyez toujours une petite marge d’au moins 15 à 20% entre le montant payé l’année passé et ce que vous allez épargner pour l’année à venir. Cela permettra de faire face à une éventuelle augmentation de la fiscalité locale.

  • l’animal de compagnie (nourriture, “consommables” et soins) : 10€ / mois

Les peu adaptables…

  • les courses : 250€ /mois

Il est nécessaire de manger chaque jour du mois. Pas de cantine scolaire.

  • l’essence : 170€ /mois

La campagne offre des logements à moindres coûts que la ville. En contre-partie, il est souvent nécessaire de posséder, entretenir, assurer et “alimenter” deux véhicules. L’un des inconvénients de la campagne…

  • la Mutuelle : 104€ /mois

Une couverture globalement moyenne pour trois personnes dont un enfant.

  • Assurances diverses (habitation, voiture, scolaire, …) : 86€ /mois

Les dépenses “nécessaires” mais adaptables

D’autres types de dépenses sont aujourd’hui nécessaires. S’en passer serait très compliqué (mais pas impossible) et participerait à une réduction du confort de vie.

  • l’accueil périscolaire : 52€ /mois
  • Internet et forfaits mobiles : 30€ /mois

C’est un poste de dépense mensuel non négligeable. Pourtant, il suffirait de s’y pencher un peu sérieusement pour se rendre compte qu’il n’est pas nécessaire d’y passer des sommes folles. Déjà, internet fixe et forfait mobile “illimité” font double emploi. Lorsque la qualité de la “data” est bonne, il n’est pas nécessaire d’y adjoindre un accès internet fixe (box).

Dans le cas où la “data” est d’une qualité plus médiocre, il est tout à fait possible d’opter pour un abonnement fixe “double play” basique (internet + téléphone fixe). Cela revient bien moins cher que les “box” dernière génération à 35 ou 40€ /mois.

En outre, il est très facile de trouver des forfaits mobiles en promotion (par exemple, ici ou ). Parfois, celles-ci sont même sans limitation de durée. Ainsi, je paye 4,60€ /m pour du tout illimité, hors data, qui elle est limitée à 20Go par mois. C’est imparable niveau tarifaire.

  • les frais bancaires : 20€ /mois

Autant le dire tout de suite… c’est énorme. De nombreuses banques en ligne proposent des services bancaires sans aucun frais. C’est l’un des axes d’économies que je dois revoir au plus vite.

Le reste des dépenses

Une fois tout ceci déduit des revenus du foyer, il ne me reste déjà plus que 930€ à répartir. Voir même seulement 780€ si l’on se base sur un couple au SMIC. Pourtant, il reste encore de nombreuses dépenses possibles, qu’il s’agisse d’imprévus ou bien de choses récurrentes.

Pour celles-ci, plutôt que de devoir y faire face lorsqu’elles à se présentent, il est préférable d’économiser chaque mois une somme fixe.

Il vaut mieux prévenir que guérir.

Au sein de mon foyer, nous avons prévu de consacrer, sur nos payes de septembre, 562€ à cette épargne pour “dépenses anticipées”. Celle-citse répartie ainsi :

  • Provisions pour changement de voiture : 150€
  • Épargne de secours : 80€
  • Loisirs : 80€
  • Entretien / aménagement de l’habitation : 75€
  • Anticipation pour les anniversaires et Noël : 52€
  • Provisions pour dépenses de santé : 50€
  • Provisions pour dépenses liées à notre fille : 45€
  • Marge budgétaire : 30€

Vous noterez bien que je parle là de la façon dont seront réparties nos payent perçues fin septembre. Cela sous-entend donc une certaine anticipation dans la gestion même de mes finances personnelles.

En règle générale, j’anticipe mes revenus cinq à six mois à l’avance. Cela me permet de savoir où je devrait alors me situer dans un avenir plus ou mins proche. Bien sur, rien n’est immuable. Des dépenses imprévues ou des revenus plus importants m’amèneront à faire des modifications dans mes prévisions. Mais cela ne les chamboulera pas.

Que reste-t-il sur ces deux SMIC ?

  • dépenses inévitables et impondérables : 857€
  • dépenses inévitables et peu adaptables : 610€
  • dépense adaptables : 102€
  • Autres dépenses / Épargne : 562€

Il reste donc :

  • pour mon foyer : 361€ (que j’utilise notamment pour investir)
  • pour un foyer avec deux SMIC : 211€

Bien sûr, tout ceci c’est sans compter les multiples aides sociales versées aux français. Entre les APL, la prime d’activité et j’en passe, un foyer français dont les deux parents seraient au SMIC toucherait au final plus que ces revenus uniquement liés au travail.

De plus, je suis bien conscient que chaque foyer a des dépenses qui lui sont propres, et que je n’ai pas moi-même (problèmes de santé, tabac, alcool, belles vacances…). Néanmoins, j’insiste sur le fait que chacun est responsable du niveau de vie qu’il souhaite afficher.

Il est certain que mes revenus ne me permettent pas de posséder le dernier écran plat à la mode, le dernier smartphone “hype”, ou encore une voiture à 30k€. Sauf que ça je le sais, et que j’en tiens compte dans ma gestion et surtout dans mes dépenses.

Vivre au dessus de ses moyens est un choix. A notre époque c’est même devenu un mode de vie pour beaucoup de personnes. Encore faut-il l’assumer et savoir se remettre en questions.le Petit Actionnaire

Faire un petit restaurant de temps en temps. Partir quelques jours en vacances, ou encore se faire un petit plaisir. Tout ceci est très bien. C’est même nécessaire. Il faut cependant savoir rester raisonnable et ne pas avoir les yeux plus gros que le portefeuille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + douze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :