#coronavirus, faut-il acheter des actions maintenant ?

#Coronavirus, faut-il acheter des actions maintenant ?

La crise du #Coronavirus ne cesse de prendre de l’ampleur en France. À contrario, elle semble s’amenuiser tant en Chine qu’en Corée du Sud. Ces deux pays ayant pris des mesures de confinement depuis déjà plusieurs semaines. Le moment est-il venu d’envisager l’achat d’actions afin de profiter du krach ?

Les États-Unis, un train de retard sur l’épidémie

La première économie mondiale, les États-Unis, semblent relativement peu touchés au regard de ce qui se passe en Europe. Le pays continu de tourner, mais des mesures de plus en plus restrictives (État d’Urgence) sont prises au fil des jours.

Quand l’Amérique prend froid, l’Europe s’enrhume.

Le pays de l’Oncle Sam a déjà commencé à prendre froid. Toute la question réside désormais dans deux interrogations qui auront une importance toute particulière dans le déroulé futur des choses :

  • Les mesures dors et déjà prises seront-elles de nature à éviter une aggravation de la situation ?
  • Des mesures encore plus strictes ne risqueraient-elles pas d’inquieter encore plus les marchés ?

Apporter des réponses à ces deux questions permettrait d’y voir bien plus clair sur l’évolution à court / moyen terme de la crise actuelle. Bien sûr, je n’ai aucune idée des réponses qui pourraient s’avérer exactes. Ni personne d’autre d’ailleurs.

L’incertitude étant l’ennemi numéro un des marchés financiers, je ne serait donc pas étonné que ceux-ci puissent poursuivre leur chute de ces dernières semaines pendant encore quelques temps.

L’Europe, les deux pieds dans la crise

Alors que l’Amérique a pris froid, l’Europe a bien été contaminée par le #coronavirus. Les mesures de confinement se multiplient et l’économie y tourne plus qu’au ralenti. La situation est sérieuse, et les marchés ne sont pas friands de ce genre de situation.

Néanmoins, l’incertitude y est probablement moins grande qu’outre Atlantique. Les marchés sont donc en mesure de “pricer” que la situation est grave et que les choses peuvent difficilement être pires. Je ne dis pas que ça ne peut pas empirer, mais seulement que la vision qu’a le marché est déjà plutôt pessimiste.

Il n’est donc pas à exclure que si le point bas n’a pas encore été atteint, nous n’en serions pas loin. Notez bien l’utilisation du conditionnel. Je n’affirme pas que le pire est derrière nous. Seulement que les marchés ont probablement déjà intégré pas mal de choses très négatives.

L’Asie, la tête émerge hors de l’eau

En Asie la situation semble plutôt sous contrôle comparé au reste du monde. Le #coronavirus régresse. Les chiffres avancés sont encourageants (Chine, Corée du Sud) et les mesures de confinement semblent produire un effet positif sur la propagation du #coronavirus. Si il convient de demeurer prudent, une pointe d’optimisme ne peut pas faire de mal.

Du point de vue financier, le début du redémarrage de l’économie chinoise ne peut être qu’une bonne nouvelle. Malgré tout, insuffisante pour redresser les marchés tant que l’incertitude dominera aux États-Unis. C’est, néanmoins (selon moi) un signe positif pour les investisseurs.

Signe qui devra être confirmé (ou infirmé) dans les jours et semaines à venir en Europe. Les mesures fortes de “semi-confinement” permettront-elles une inflexion des courbes ? Si oui, alors les marchés pourraient réagir de façon très positive.

Que faut-il donc faire ?

Comme évoqué précédemment, les marchés détestent l’incertitude. Tant que celle-ci ne sera pas totalement dissipée (en particulier aux États-Unis), les marchés ne pourront pas rebondir durablement. Cette dissipation pourra soit passer par :

  • une nette amélioration de la situation sanitaire (diminution du nombre de cas et efficacités des mesures d’urgence)
  • une avancée médicale de premier plan (découverte d’un vaccin ou de l’efficacité de médicaments pré-éxistant)
  • arrivée des beaux jours et (éventuelle) disparition naturelle du virus

Tant que rien de ceci ne se produira, il n’y aura aucune raison que la situation, d’un point de vue économico-financier, ne s’améliore.

Où en sommes-nous réellement ?

La situation sanitaire

La situation semble s’améliorer en Asie. La Chine et la Corée du Sud enregistrent une forte décroissance du nombre de malades. C’est très positif mais encore insuffisant tant que l’Europe et/ou les États-Unis ne seront pas dans une situation équivalente. A la vue de la période d’incubation du #coronavirus, cela demandera au moins deux semaines… après la prise de mesures de confinement. Néanmoins, les premiers “résultats” pourraient prochainement venir des premières zones confinées d’Italie.

Les avancées médicales

Les chercheurs semblent relativement confiants dans la mise au point d’un vaccin. Cependant, plusieurs mois seront encore nécessaires avant qu’un candidat n’arrive sur le marché.

La solution viendra peut-être de médicaments pré-existants, lesquels pourraient être efficaces contre le #coronavirus. Des essais médicaux sont en cours, mais, là encore, cela demande du temps.

L’arrivée des beaux jours

Il s’agit là de quelque chose de très hypothétique. La chaleur sera-t-elle en mesure d’éradiquer (ou de ralentir) le virus ? On peut le souhaiter et l’espérer. Cela ne coûte rien et permet de conserver un peu d’optimisme dans cette période compliquée.

Et donc… on fait quoi bord** de mer** ?

Tout d’abord, on commence par se calmer ! On prend une bonne respiration, et on souffle. Agir sous l’effet de l’excitation n’est jamais conseillé. Ensuite, on pose les choses calmement et on réfléchi.

La plupart des gens s’intéressent aux actions quand tout le monde s’y intéresse. Le moment d’acheter est quand personne ne veut acheter. Vous ne pouvez acheter ce qui est populaire.Warren BUFFETT

Après une baisse de plus de 30% en l’espace de trois semaines, il est évident que les vendeurs sont bien plus nombreux que les acheteurs. Si, dans le fond, c’est une chose parfaitement compréhensible, c’est également un signe. Le signe qu’il devient intéressant de scruter les marchés.

Soyez craintif quand les autres sont avides. Soyez avide quand les autres sont craintifs.Warren BUFFETT

Dans la situation actuelle, soit des marchés ayant chuté de plus de 30% en très peu de temps et une incertitude évidente sur ce que sera l’avenir proche, il est évident que les “gens” sont craintifs. Les “mains faibles” vendent leurs positions à tour de bras afin de sauver ce qui peut encore l’être. C’est l’occasion pour les moins craintifs de faire quelques achats à bon compte.

Oui… mais…

Est-il bon d’acheter dans une telle situation ? N’est-ce pas dangereux ? Ne risquerais-je pas de tout perdre ?

C’est en temps de crise que les meilleures opportunités apparaissent. La peur n’évitant pas le danger, il serait dommage de les laisser passer !le Petit Actionnaire

En bourse, et même dans n’importe quel investissement qui soit, il existera toujours un risque de “tout perdre”. Y compris en temps de hausse des marchés.

Vous trouverez toujours quelqu’un qui, de toute bonne foie, vous dira de faire attention car les marchés chutent. Il aura parfaitement raison. Mais ce qu’il ne vous dira pas, c’est de faire tout aussi attention lorsque les marchés montent. Car il est beaucoup plus facile de se laisser griser par une hausse que par une baisse.

Ce qui fait peur lors d’un krach, c’est le risque de faillite des entreprises. Si effectivement celui-ci existe, il est tout de même plus présent pour les “petites” sociétés que pour des leader mondiaux présent dans sur la planète entière. Eux non plus ne sont pas totalement à l’abri, mais ce risque est fortement dilué pour quiconque possède un portefeuille d’actions diversifié.

Sauf à considérer que la crise actuelle marque la fin de l’économie capitalistique, autant acheter de belles sociétés à moindres coûts.le Petit Actionnaire

Un krach boursier est source de rares opportunités. Si il convient de rester prudent (bien choisir ses sociétés, diversifier son portefeuille, …), ne pas profiter d’une telle situation de marché est fort dommageable. Bien-sûr, je ne dis pas qu’il faille investir toutes ses liquidités dès aujourd’hui. La chute peut tout à fait se poursuivre dans les jours et semaines qui viennent. Cependant, acheter par petites touches me semblerait être une bonne idée. Tout ceci, évidemment, dans une optique long terme.

Tout aussi malheureux soit-il sur un plan humain et sanitaire, le #coronavirus et le krach boursier qu’il a induit, représente une magnifique opportunité pour les investeurs long terme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + trois =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.