Un dividende est une perte de valeur pour l'actionnaire !

Un dividende est une perte de valeur pour l’actionnaire !

Non, ce titre n’est pas une erreur. Je le maintiens, et je le redis même : Un dividende est une perte de valeur pour l’actionnaire ! Comprenez par là qu’un dividende n’a jamais fait gagner le moindre centime aux actionnaires en percevant. Et pourtant, il existe une légende urbaine selon laquelle les actionnaires “se gavent” ou “s’enrichissent” grâce aux dividendes. De tels discours sont soit une méconnaissance totale des mécanismes liés aux dividendes soit de la pure malhonnêteté intellectuelle.

Qu’est-ce qu’un Dividende ?

Un dividende est une partie des bénéfices de la société qui est redistribuée aux actionnaires. Il s’agit de quelque chose de non obligatoire. Comprenez par là que rien n’oblige une société à verser des dividendes à ses actionnaires !

  • Un dividende peut être versé soit sous forme de liquidités soit sous forme d’actions. La société décide des options de paiement offertes aux actionnaires.
  • Le versement d’un dividende est proposé par le Conseil d’Administration de la société. Sa décision est ensuite soumise au vote des actionnaires à l’occasion de l’Assemblée Générale.

Une entreprise perdant de l’argent peut-elle en verser ?

Oui, c’est possible. Si la société a réalisé des bénéfices au cour des années passées et que ceux-ci ont été placés (comptablement parlant) sur le compte “Report à nouveau”, alors le Conseil d’Administration de la société peut décider de verser cet argent sous forme de dividende. Y compris si cette année aucun bénéfice n’a été réalisé.

De même, une entreprise peut tout à fait verser des dividendes pour un montant supérieur au bénéfice réalisé. Elle pioche alors dans ce compte “Report à nouveau” afin de financer le complément nécessaire.

Un dividende est une perte de valeur

Comme le laisse entendre le titre de cet article, un dividende n’est pas une source d’enrichissement pour l’actionnaire. Ce serait même plutôt l’inverse. En effet, toucher un dividende est source de perte pour l’actionnaire !

Exemple pratique

  • Soit un actionnaire détenant une action d’une valeur de 100 à la clôture du marché. La société s’apprête à détacher un dividende de 5 le lendemain.

A l’ouverture du marché, le lendemain matin, le cours de l’action va s’ajuster mécaniquement. Le montant du dividende détaché va venir s’imputer au cours de l’action. Dès le début de la cotation, chaque action de la société ne vaudra alors plus que 95 (contre 100 la veille au soir).

L’actionnaire détenait hier soir un bien (une action) d’une valeur de 100. Ce matin, il possède toujours cette même action, mais d’une valeur de seulement 95. À cette action vient s’ajouter le dividende lui-même, soit 5 (brut). Malgré le dividende, la valeur des possessions (ou du patrimoine) de l’actionnaire reste identique. Il est toujours de 100. Le dividende ne l’a donc absolument pas enrichi !

C’est même plutôt l’inverse. Car les 5 de dividende perçus par l’actionnaire sont un montant brut. Cela signifie que ce dernier ne touche pas réellement ce montant, puisque l’État se sert au passage. Si l’actionnaire opte pour la Flat Tax, son dividende net sera inférieur de 30% à son montant brut. Il ne touchera alors que 3,5 de dividende net.

  • Avant dividende, l’actionnaire possédait une action valant 100
  • Après dividende, l’actionnaire possède une action valant 95 à laquelle s’ajoute un dividende net de 3,5. Soit un total de 98,5.

L’actionnaire est donc bien perdant lorsqu’il touche un dividende ! Il ne s’est absolument pas enrichi !

Pourquoi les actionnaires veulent-ils alors en toucher ?

Tout d’abord, il faut bien prendre conscience que certains actionnaires ne veulent pas toucher de dividendes. Vouloir des dividendes (ou non) est une question de stratégie d’investissement. Certaines d’entre elles se focalisent uniquement sur la recherche de plus-value, mettant totalement de côté la perception d’un dividende.

D’autres investisseurs, dont je fais moi-même partie, recherchent les dividendes de façon à pouvoir récupérer des liquidités sans pour autant avoir besoin de revendre leurs actions. Les dividendes permettent alors d’effectuer des réinvestissements.

Pour finir sur ce point, une autre catégorie d’investisseurs peut être à la recherche de dividendes. Il s’agit des retraités, lesquels peuvent vouloir profiter de leurs investissements pour améliorer leur quotidien. Les dividendes perçus sont alors utilisés pour les dépenses courantes de la vie.

Pourquoi les entreprises en versent-elles ?

Les entreprises versent généralement des dividendes dans le but d’inciter leurs actionnaires à conserver leurs actions. Cela participe à la stabilité du capital. C’est important dans le sens où cela est susceptible de réduire la volatilité du titre. En outre, un actionnariat stable sera un obstacle pour un éventuel “prédateur” dont le but pourrait être de racheter la société.

Il est tout de même important de noter que lorsqu’une société verse un dividende supérieur à 5 ou 6%, c’est souvent signe de difficultés. Soit son cours a fortement baissé, soit elle est dans l’optique de conserver ses actionnaires à tout prix. De telles situations doivent donc appeler les investisseurs à la prudence. Il est souvent préférable s’orienter vers des sociétés de qualité dont le dividende est généralement plus faible… mais moins risqué.

Comment les actionnaires gagnent-ils de l’argent ?

Maintenant que j’ai expliqué que les actionnaires perdaient de l’argent lorsqu’ils touchent un dividende, voyons comment est-ce qu’ils font pour en gagner du fait de leurs investissements… Car soyons honnêtes, je ne connais personne (actionnaire ou non) qui chercherait à perdre de l’argent de façon consentie.

En réinvestissant les dividendes perçus

Le dividende en lui-même n’apporte, comme nous l’avons vu, aucun enrichissement à l’actionnaire. Néanmoins, le fait de réinvestir les dividendes perçus permet de faire croître la taille du portefeuille. Si les sociétés le composant sont bien choisies, cela peut être source de gains à long terme. Notez bien l’utilisation du conditionnel !

Quand je dis que les entreprises doivent être “bien choisies” je sous-entends qu’il faut opter pour des sociétés réalisant des bénéfices réguliers, de façon à ce que leurs cours soient susceptibles de remonter au delà de leur niveau d’avant dividende… afin de réaliser des plus-values.

Sans quoi, sans bénéfices, le cours de la société continuera de baisser. Baisse qui ne sera jamais couverte par les dividendes perçus par les actionnaires. Les exemples de ce type ne sont pas rares : EDF, Casino Guichard, ENGIE, …

Pourquoi la légende urbaine des “dividendes” est-il si présente ?

Tout simplement parce que le citoyen français manque cruellement d’Éducation financière. Les termes “actionnaire”, “argent”, “investissement” sont tellement tabous dans notre pays qu’il ne peut en être autrement : dividende = enrichissement de l’actionnaire ! C’est malheureux. Mais c’est ainsi. Peut-être qu’un jour les français comprendront qu’un dividende est une perte de valeur pour l’actionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + onze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.