Pourquoi couvrir son portefeuille d'actions ?

Pourquoi couvrir son portefeuille d’actions ?

Les marchés boursiers sont, par essence, volatiles. Si la volatilité peut varier en intensité par période, elle fini toujours par reprendre le dessus quoi qu’il arrive. Ce faisant, les portefeuilles boursiers connaissent parfois d’importantes variations. L’investisseur cherchant à suivre les envolées du marché (qu’elles soient haussières ou baissières) effectue d’importantes rotations de portefeuille, lesquelles lui permettent de disposer de liquidités lorsque nécessaire. Inversement, l’investisseur buy and hold (tel que je le suis) peut connaître des difficultés pour disposer de liquidités lorsque le marché est en phase de repli. C’est là qu’intervient l’intérêt de couvrir son portefeuille d’actions !

Qu’est-ce qu’une couverture de portefeuille ?

Couvrir son portefeuille d’actions c’est en quelque sorte prendre une assurance en cas de baisse des marchés. Dans le cadre d’une stratégie dividendes / buy and hold, la couverture permet de retirer des liquidités qui pourront alors être réinvesties à l’occasion d’une baisse des cours. L’idée n’est pas de gagner de l’argent pour le dépenser ensuite, mais bien de dégager des liquidités en vue d’un réinvestissement sur le marché.

Comment couvrir son portefeuille ?

L’idéal, d’un point de vue coûts / praticité, pour couvrir son portefeuille d’action est d’utiliser ce qu’on appelle “les options”. Je ne vais pas m’étendre sur ce type de produits pour deux raisons. D’une part, ma maîtrise de celles-ci est toute relative, et, d’autre part, elles ne sont pas disponibles chez la plupart des courtiers grand public.

En revanche, ces mêmes courtiers “grand public” donnent généralement accès à un nombre important de “produits dérivés”. Là où les “options” pourraient être considérées comme du sur mesure, les “produits dérivés” sont plus à considérer comme du prêt à porter. Parmi eux, je citerais notamment les “warrants” ainsi que les “turbos

Ces produits “prêts à investir” peuvent offrir une solution de couverture pour un portefeuille d’actions. Personnellement je leur préfère tout de même les certificats floorés. J’estime qu’ils offrent une plus grande sécurité ainsi qu’un rendement potentiel plus élevé.

Un rendements potentiel énorme

L’objectif d’une couverture n’est pas de gagner des sommes folles. Il s’agit seulement de récupérer des liquidités à réinvestir en cas de baisse des marchés. Néanmoins, comme je l’ai déjà évoqué, une couverture n’est autre qu’une assurance. Il est donc préférable de payer celle-ci le moins cher possible.

Bien sur, moins cette assurance sera vendue chère, moins la probabilité qu’elle vous soit utile sera grande. Par contre, plus le gain potentiel sera important. Dans le cas des certificats floorés, leur valeur maximale de remboursement est de 200€. Si vous avez initié votre couverture avec un prix de revient unitaire (PRU) de 10€, alors vous avez une performance potentielle de 1900%. Cela signifie que pour 100€ de couverture à 10€ de PRU, vous pouvez dégager jusqu’à 2000€ de liquidités.

Même avec un PRU plus élevé, la performance envisageable demeure fort intéressante. Le plus difficile étant généralement de conserver sa position suffisamment longtemps afin de réaliser sa performance maximale.

Les couvertures de portefeuille du Petit Actionnaire

J’ai, personnellement, clôturé un total de 4 positions de couverture depuis environ un an. Si les deux premières seront révelées infructueuses, le deux suivante ont donné largement satisfaction. L’une d’entre elle ayant affiche une plus-value de +367% (revendue bien trop tôt au début du krach de février / mars 2020). La seconde affichait de son côté +50% en seulement quelques jours de baisse (-6%) des marchés. De quoi largement couvrir les pertes (quasi totales) de mes deux premières positions.

L’idée est clairement de prendre un minimum de risques financiers (risque important de perdre très peu), en contre-partie d’une petite chance de gagner beaucoup.

Faut-il être couvert de façon permanente ?

Bien sûr que non. Couvrir son portefeuille lorsque les marchés ont déjà fortement chuté (krach boursier) est inutile et surtout bien trop tard. C’est en situation de hausse des marchés qu’il convient de protéger son portefeuille contre un éventuel retournement. Si les premières positions de couverture ont été initiées un peu “au petit bonheur la chance”, la dernière que j’ai clôturé (+50%) l’a été suite à la lecture d’analyses techniques.

2 commentaires pour “Pourquoi couvrir son portefeuille d’actions ?

  1. Article intéressant permettant de bien comprendre votre démarche.
    Avez-vous prévu un second article plus technique sur les certificats floorés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.