Comment réussir en France ?

Comment “réussir” en France ?

La France est un pays magnifique. Pourtant, celui-ci est gouverné par une caste politique baignée dans les taxes et les prélèvements en tous genres. La France est l’un des pays où l’imposition est la plus importante au monde. Pour ne pas arranger les choses, la France est peuplée par les français. Un peuple de râleurs congénitaux (j’en fais moi-même partie) dont une part non négligeable des spécimen ne peut admettre que d’autres réussissent mieux qu’eux. Comme précédemment évoqué, la France est un pays magnifique. Mais comment peut-ont réellement y “réussir” ? Et surtout, comment “reussir” sans attiser la jalousie ou l’incompréhension d’autrui ?

“Réussir” c’est quoi ?

Tout d’abord, posons les bases de ce qu’est la “réussite” financière. De premier abord on pourrait penser que cela se limite à avoir de bons revenus. Toute personne avec de “petits” revenus serait alors considérée comme ayant “échoué”.

Et bien non, les choses sont un peu plus compliquées que cela. Réussir c’est avant tout parvenir à se mettre à l’abris financièrement parlant. C’est à dire disposer d’assez d’argent afin de ne pas se coucher la boule au ventre en se demandant comment est-ce que vous allez manger demain où payer la prochaine facture d’électricité.

Certains analyseront leur propre réussite d’un point de vue matériel : “Si j’ai les moyens de m’acheter tel objet alors cela signifie que j’ai réussi“. C’est une façon de voir les choses. Mais ce n’est pas la mienne. En effet, je considère que la sérénité psychologique prime très largement sur la sérénité matérielle. Chacun placera évidemment le curseur au niveau qui lui semble adéquat.

Des efforts, des efforts et encore des efforts !

Pour réussir, il est nécessaire de fournir des efforts. La réussite ne tombera pas du ciel. Ceci est d’autant plus vrai que vos revenus sont faibles. Mais ne désespérez pas… rien n’est impossible. Même avec deux SMIC au niveau du foyer il est possible d’arriver à quelque chose de bien.

Le premier effort à considérer est de s’imposer une gestion rigoureuse des finances. Il est nécessaire de tout mettre noir sur blanc. Dépenses comme revenus. Le challenge est alors, dans un premier temps, de parvenir à équilibrer le tout. Pour y parvenir deux solutions :

  • augmenter vos revenus
  • réduire vos dépenses

Dans un environnement économique compliqué comme nous le connaissons actuellement, la seconde option est probablement la moins difficile à mettre en place. Des choses simples peuvent permettre d’y parvenir.

Réussir avec peu de choses

Comme l’indique ma présentation, le niveau de revenus du foyer n’est en rien un gage de réussite. De petits revenus couplés à une excellente gestion financière sont bien plus efficaces, sur le chemin de la réussite, que de gros revenus et une gestion défaillante.

En effet, j’ai une bonne situation financière. Elle me permet d’épargner chaque mois, et même d’investir. Je peux même vous dire que ma situation financière est bien meilleure que nombre de français. Pourtant, et cela va certainement vous étonner, les revenus de mon ménage nous placent, Madame et moi, en plein dans la classe populaire… Tous deux fonctionnaires de catégorie C (en bas de l’échelle pour ma compagne, et à peine plus haut pour moi) nous ne gagnons à nous deux que 2,5k€ nets par mois. Soit l’équivalent d’un SMIC chacun.le Petit Actionnaire

Je rajouterai même que plus la situation de départ semble compliquée, plus le challenge à relever est une source de motivation importante. Aussi, une fois la “réussite” atteinte, le sentiment de satisfaction s’en retrouve clairement décuplé.

Après l’effort, le réconfort…

Ces premiers efforts financiers portent généralement leurs fruits assez rapidement. Il faut néanmoins être capable de les maintenir durablement. Un budget équilibré permet, en temps normal, de finir le mois sans difficultés. Il est cependant conseillé d’établir un budget excédentaire (revenus > dépenses). Cela offre la possibilité d’épargner et donc de se constituer une épargne de secours. Ce n’est qu’une fois que celle-ci est constituée qu’il est possible, selon mon référentiel, de parler de “réussite”. Le montant de cette épargne de sécurité est variable selon les cas. Je propose un petit outil, l’Indice de Sécurité Financière afin d’établir si le niveau d’épargne constituée correspond aux besoins de chacun.

Lorsque le niveau d’épargne de sécurité atteint est optimal, il n’est plus réellement nécessaire de mettre de l’argent de côté. En effet, épargner pour épargner ne présente strictement aucun intérêt. Le moment est alors venu de commencer à investir. C’est précisément à partir de ce moment là que vous allez commencer à faire l’objet de critiques et d’envie aux yeux des autres. Il est nécessaire de se protéger de cette situation !

Un rejet abject de la réussite

Comme préalablement évoqué, nous sommes en France. Le français moyen a beaucoup de mal à accepter / admettre que son voisin puisse réussir mieux que lui-même. Si réussite il y a, c’est que cela cache forcément quelque chose. Plus les revenus de la personne qui réussit sont faibles, plus ce sentiment de “réussite anormale / injustifiée” sera exacerbé.

Pour vivre heureux, il faut vivre caché

Rassurez-vous, il ne s’agit pas là de devoir vivre en ermite dans une forêt inhospitalière. Non, c’est simplement qu’il est nécessaire de ne pas sortir du lot par rapport à son environnement proche (voisins, famille, fréquentations). Plus vous évoquez votre sérénité financière, et les investisseents que vos réalisez plus vous serez confronté à la jalousie d’autrui. Comment pouvez-vous “réussir” alors qu’eux mêmes n’y parviennent pas ?

Il est bien sûr possible d’en parler à certaines personnes. Mais celles-ci se doivent d’être triées sur le volet. À titre personnel peu de personnes de mon entourage savent que j’investi sur les marchés financiers :

  • Ma femme, mais sans vraiment de détails car ce n’est pas sa tasse de thé.
  • Mes parents, là encore sans trop de détails, bien que j’aborde parfois le sujet de moi-même.
  • Ma soeur et mon beau frère (son mari), que j’ai mis dans la confidence après que ceux-ci se soient inquiétés (à tord) de ma situation.
  • Deux collègues de travail

Ce sont donc sept personnes qui connaissent mes activités financières. À mes débuts j’avais tendance à en parler avec plus de monde. En particulier au travail. J’ai vite déchanté et décidé de mieux choisir les personnes avec qui je souhaitais réellement partager mes investissements. La crise des Gilets Jaunes (en novembre 2018) n’a fait que valider ce choix lorsque j’ai constaté le fossé idéologique qui existait avec mon entourage professionnel.

Il est tout de même important de pouvoir parler de sa réussite

Réussir n’est pas une tare. Bien au contraire. Il est donc nécessaire de pouvoir en parler librement avec d’autres personnes. Celles-ci doivent cependant être bien choisies. Quoi de mieux pour cela que d’échanger sur un forum orienté investissement ? C’est le choix qui fut le miens. Pourtant la “réussite” n’est que relative en comparaison née nombreux autres membres. Mais peu importe. L’important n’est pas le nombre de chiffres composant le patrimoine. Ce qui compte c’est la démarche visant à réussir et à atteindre ses objectifs.

Il est évident que même sur ce type de forum, chaque intervenant a sa propre visions de choses quant à ce qu’est la “réussite”. Un intérêt commun pour l’épargne et l’investissement permet tout de même de se laisser aller à de véritables échanges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

17 + neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.