Next Earth, du métavers à la blockchain : le futur de l’investissement ?

Aujourd’hui, le temps de cet article, je vais sortir du domaine boursier pour vous évoquer un projet que je suis depuis quelques semaines et qui me semble porté vers l’avenir et très prometteur. Il s’agit de Next Earth, une toute jeune plate-forme dont l’ambition est, ni plus ni moins, de développer le plus grand et immersif métavers (monde parallèle) qui soit. Tout un programme !

Next Earth, le concept

Next Earth est un projet qui n’en est aujourd’hui qu’à ses balbutiements, sa toute première phase de développement.

Actuellement, il est proposé aux participants d’acheter des parcelles de terrains (les « tuiles ») d’une superficie de 10 mètres sur 10 mètres. Et ce partout sur Terre. Que vous souhaitiez acheter votre maison ou les locaux de votre employeur, tout en passant par le site touristique du coin ou ce petit étang que vous aimez tant, absolument tout est accessible…à la condition que personne ne l’ai acquis avant vous.

Dans cette première phase, il s’agit donc pour chacun de se porter acquéreur des terrains souhaités. Viendra ensuite une seconde phase (courant 2022), dans laquelle les terrains commenceront à produire des ressources. Celles-ci seront alors échangeables, afin de de commencer à développer le commerce au sein du métavers. À terme, l’objectif ultime du projet est de mener à la création d’un monde virtuel ayant développé sa propre économie et ses propres codes.

La blockchain

Qu’il s’agisse de la place de marché (pour échanger ses terrains), de la validation des transactions mais aussi de leur réalisation, Next Earth repose entièrement sur la blockchain. Cela garantie à ses utilisateurs que chaque opération est unique et gravée dans le marbre. Le tout en étant totalement transparent et décentralisé !

Les achats de terrains

Le prix des terrains est fixé par pays et par type (urbain, non urbain et aquatique). Plus la popularité d’un pays est grande, plus le prix de ses terrains y sera élevé. Ainsi, une « tuile » urbaine située à Monaco est aujourd’hui valorisé entre 15 et 16€. À titre de comparaison, une tuile urbaine située en France, sera elle vendue pour environ 0,63€.

À l’origine, au lancement de la plate-forme (fin août 2021), chaque tuile valait environ 0,09€.

Courant 2022, le projet disposera également de son propre token (sa « crypto-monnaie »), avec lequel pourront être réalisés l’ensemble des opérations financières possible.

Une gouvernance des utilisateurs

Le projet prévoit que ce sont les utilisateurs (les propriétaires de terrains) qui décident de l’évolution future. Ainsi, les décisions importantes leurs seront soumises. L’idée étant d’impliquer au maximum la communauté.

Social et réseaux sociaux

Le projet dispose de nombreux réseaux sociaux (Discord, Facebook, Twitter, …) autour desquels se constitue une véritable communauté :

  • plus de 20k membres sur le serveur Discord
  • plus de 25k abonnés sur Twitter

En outre, d’un point de vue « social », une part des fonds récupérés à l’occasion de la vente des tuiles est allouée à des associations. Ainsi, pour le mois de novembre 2021, ce sont environ 204k $ que les membres de la communauté seront en mesure de répartir, par vote, entre quelques associations pré-sélectionnées.

Tout ça c’est bien beau, mais concrètement…

Fin octobre, le groupe Facebook annonçait prendre un nouveau nom (Méta), afin de coller avec ce qui lui semblait être l’avenir : le Métavers.

Il ne fait aucun doute que cette annonce de l’une des plus grosses sociétés du monde aura participé à l’engouement récent pour ces mondes parallèles. Car Next Earth n’est pas le premier à s’être lancé. Mais on peut tout de même penser que l’annonce du géant de Menlo Park a été purement réfléchie et qu’une armée de professionnels du marketing et de la communication ont planché tant sur le timing de l’annonce que sur le choix de ce nouveau nom.

Aussi, le métavers semble donc être considéré comme la future évolution des réseaux sociaux… Est-ce bien ou mal ? Je ne me risquerai pas à porter de jugement.

Mon point de vue sur Next Eath

J’ai pu constater que la communauté autour du projet était bien réelle et « fonctionnelle ». De même, les nouveautés régulières autour du projet ainsi que le « livre blanc » (en anglais) développant les objectifs et moyens prévus pour les atteindre sont de nature à donner confiance dans ce projet.

Estimant qu’il s’agit d’un projet d’avenir, j’y ai donc basculé l’ensemble des fonds dont je disposais sous forme de crypto-monnaies, afin de me constituer un portefeuille de terrains.

Les facteurs de risques d’un tel projet

  • L’ambition des créateurs de Next Earth est grande. Pour ne pas dire TRÈS grande ! Cela engendre donc certains risques quant à l’atteinte des objectifs futurs.
  • Le projet est encore très récent (à peine plus de trois mois). C’est lorsqu’un projet n’en est qu’à ses débuts que les espérances de gains à terme sont les plus élevées. Néanmoins, qui dit espérance de gains élevée, dit forcément risques élevés.
  • Next Earth n’est ni le seul ni le premier des métavers a avoir vu le jour. Certains projets sont bien plus avancés. Cela ne garanti en rien leur succès futur. Mais celui de Next Earth ne l’est pas non plus !

Un « investissement » à réserver aux plus avertis

Comme évoqué précédemment investir dans un métavers (Next Earth ou autre) présente d’importants risques de pertes financières. Ce type d’investissement est donc à réserver aux investisseurs avertis… et à ceux souhaitant « tenter un coup » en toute connaissance de cause.

Next Earth, ça se passe où ?

La plate-forme est accessible à l’adresse suivante :

À noter que celle-ci n’est disponible qu’en anglais. Néanmoins, elle reste relativement accessible même avec un niveau moyen. Sinon, l’utilisation d’un traducteur en ligne peut aider.

Il est également possible d’obtenir une réduction de 5% sur chacun de ses achats de terrains. Pour cela, il suffit d’indiquer le code N3R9KXD1XK lors de chaque achat.

Je précise, afin d’être transparent, que l’utilisation du code précédent me procure une commission de 10% sur le montant des achats effectués.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.