épargne de secours

Comment organiser son épargne de secours ?

Pour un accès total au contenu, Connectez-vous ou Abonnez-vous

Posséder une épargne de secours (également nommée “épargne de précaution”) est un prérequis pour quiconque envisage d’investir. En effet, elle a pour but de pouvoir faire face à des imprévus… sans avoir besoin de liquider (possiblement au pire des moments) ses investissements. L’épargne de secours se doit de posséder certaines caractéristiques. Elle peut, cependant, prendre de nombreuses formes. En outre, son montant différera selon les cas, chaque investisseur n’ayant pas les même besoins de “protection”.

Découvrez ci-dessous comment organiser votre épargne de secours, mais aussi (🌟 abonnés) ma propre organisation, ainsi que l’Indice de Sécurité Financière !

Caractéristiques de l’épargne de secours

A première vue, l’épargne de secours ne diffère pas d’une épargne classique. Pourtant, il est primordial que celle-ci respecte certaines caractéristiques. Sans quoi, elle pourrait bien ne pas servir à grand chose… Ce qui serait tout de même, avouons-le, quelque peu problématique !

Une épargne immédiatement disponible…

La liquidité de votre épargne de secours est le premier point à prendre en compte. En effet, qui dit “imprévu” dit souvent besoin de disposer très rapidement des fonds. Cela nécessite donc de conserver l’argent sur des supports permettant d’en disposer le plus rapidement possible.

Une épargne sécurisée…

La sécurité est également un élément à ne pas négliger ! Par définition, un imprévu… est imprévisible. Il est donc nécessaire que vous puissiez disposer, en toutes circonstances, d’un montant stable. Cela exclue de nombreux supports, lesquels font état d’une volatilité bien trop importante.

Les “problèmes” de l’épargne de secours

Se constituer une épargne de secours revient donc à conserver de l’argent afin qu’il soit facilement et rapidement mobilisable. Les différentes caractéristiques évoquées ci-dessus ne laissent que peu de place à des supports autres que les livrets bancaires. Ce qui est problématique dans le sens où ceux-ci subissent, notamment, l’inflation. Travaillant peu, votre épargne de secours somnolant sur des livrets bancaires perd donc du pouvoir d’achat chaque année. Mais comment y remédier ?

Les livrets bancaires, mais pas que…

Le Livret A, voir encore plus le LEP (Livret d’Epargne Populaire) si vous y êtes éligible, sont la base pour conserver votre épargne de secours. Mais ils sont imparfaits. Ce qui peut nécessitéer de trouver des alternatives, afin de ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier. Et ce quitte à (partiellement) influer sur les caractéristiques évoquées précédemment.

Bien sûr, celles-ci restent globalement valables. Néanmoins, votre épargne de secours peut tout à fait être divisée en plusieures “poches”, chacune d’entre elles joouant soit sur le côté “liquide”, soit sur le côté “sécurisé”. De façon raisonnable, évidemment… Il ne s’agit donc pas de se constituer une épargne de secours 100% “shitcoin” !

Exemple d’allocation

Je vous présente ci-dessous la répartition cible de mon épargne de secours personnelle. Je parle de “cible” car je dois encore effectuer certains ajustements dans sa composition actuelle afin d’atteindre mon objectif. Si la base reste le LEP, d’autres supports sont également mis à contribution.


🌟 réservé aux abonnés du Petit Actionnaire 🌟
Ce contenu est réservé aux abonnés (à partir de 3,90€ par mois). Veuillez vous connecter.

Bien sûr, d’autres supports que l’or et les stablecoins développés ci-dessus, et que je n’utilise pas moi-même peuvent tout à fait être envisagés. Tels que les fonds € en Assurance Vie par exemple. C’est à chacun de définir ses besoins par rapports à ses propres connaissances et objectifs.

Quel montant pour l’épargne de secours

C’est une question centrale que celle du montant alloué à cette épargne. Généralement (et de façon générique), il est conseillé de disposer de 3 à 6 mois de revenus en prévision des imprévus. Néanmoins, il est important de préciser que dans l’absolu… il n’y a pas de règle ! Le montant de l’épargne de secours se doit d’être adapté au cas par cas, selon les besoins et les risques auxquels chacun est exposé.

Ainsi, un fonctionnaire (sans de risque de perte d’emploi), locataire et sans voiture pourra (à priori) se permettre d’avoir une épargne de secours plus faible qu’un travailleur indépendant ou qu’un propriétaire de bien(s) immobilier(s). Tout simplement parce que ce dernier devra anticiper des dépenses d’entretien et (probablement) de réparations / travaux.

Il existe également une dimension psychologique quant au dimensionnement de l’épargne de secours. En effet, le but ultime de celle-ci est d’être serein en toutes circonstances. Ce qui jouera d’autant plus sur son dimensionnement, puisqu’elle devra donc, avant toutes choses, être capable de vous enlever le poids financier de la tête. Si vous dormez sur vos deux oreilles sans craindre la survenue d’un imprévu, alors c’est que vous êtes bien positionné.

Sur-dimensionner l’épargne de secours ?

Comme évoqué ci-dessus, l’épargne de secours se doit, finalement, de vous apporter la sérénité. Pour autant, la sur-dimensionner à outrance n’est pas une solution viable d’un point de vue patrimonial. C’est pour cette raison qu’il est important d’estimer vos besoins réels, de façon à allier sérénité et dimensionnement adéquat.

Car un sur-dimensionnement impliquerait “l’immobilisation” d’une somme d’argent qui pourrait être utilisée à des fins d’investissements et de croissance du patrimoine.

Pour cette raison, je vous propose ci-dessous un calculateur vous permettant d’estimer si le dimensionnement de votre épargne est cohérent avec vos besoins réels. Celui-ci ne se limite pas à l’épargne de secours (qu’il intègre néanmoins). Son intérêt est de pouvoir


🌟 réservé aux abonnés du Petit Actionnaire 🌟
Ce contenu est réservé aux abonnés (à partir de 3,90€ par mois). Veuillez vous connecter.

Conclusion

L’épargne de secours a une grande importance. Elle joue le rôle de “tampon” entre le budget quotidien et les investissements réalisés. Elle permet de sécuriser le premier, tout en pérennisant les seconds. Il ne faut donc absolument pas la négliger, au risque d’aller de désillusions en désillusions aux moindre imprévu.

Environ 20% du contenu de cet article ainsi que le calculateur de l’Indice de Sécurité Financière sont réservés aux abonnés du site du Petit Actionnaire. Ce contenu spécifique regroupe mes différentes approches / ce que je mets en œuvre face aux difficultés et problèmes évoqués.

Consulter les formules d’abonnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

18 − neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.