le Petit Actionnaire
25 janvier 2019 Les recommandation des analystes financiers

Les recommandations des analystes financiers

Un “analyste financier” est un bureau d’étude composé d’analystes financiers, lesquels émettent des recommandations sur différents actifs boursiers. Je m’interesserais ici aux actions.

“analyste financier” : de qui s’agit-il ?

Ce terme d’analyste financier dêsigne en premier lieu un métier à part entière, au même titre que boulanger ou infirmière.

Utilisé de façon générique, il sert à désigner les sociétés spécialisées proposant des services d’analyse financière. Ces sociétés peuvent être soit indépendantes soit des filiales de grands groupes financiers (banques par exemple).

Que recommandent-ils ?

Un analyste est susceptible d’emettre six avis différents sur une société. Avis qui évoluent au fil du temps et des actualités des chaque groupe.

  • Acheter : l’analyste financier estime que le cours de la société décoré par rapport aux anticipations de résultats qu’il a calculé. Il conseille donc de se positionner sur cette société.
  • Accumuler : les fondamentaux restent bons, il encore temps d’acheter et de renforcer ses positions.
  • Conserver : le cours est, selon l’analyste, à un niveau correct. Il n’est as encore venu le moment de vendre, mais ils n’est plus opportun (toujours selon l’analyste) d’acheter.
  • Alléger : le cours commence à atteindre un niveau élevé par rapport à l’objectif initial. Prendre une partie de ses éventuelles plus-values serait une bonne chose.
  • Vendre : le cours est probablement proche de ses maximums. Il faut de toute évidence prendre l’ensemble de ses plus-value.
  • Sans opinion : l’analyste botte en touche…

Oui mais voilà…

Le soucis est qu’un analyste financier n’est pas plus “voyant extra-lucide” que vous et moi. Certes, il dispose de moyens techniques et d’une certaine expertise financière… mais pas du don de voyance !

Bien souvent, les analystes ne peuvent donc ajuster leurs objectifs de cours qu’après coup. Ce qui pose quand même quelques problèmes.

Ainsi, il arrivera régulièrement qu’un analyste passe d’une recommandation à une autre (tant à la “baisse” qu’à la “hausse”) qu’une fois que le marché aura déjà réagi.

Le soucis est que dans ces conditions rares seront les cas où les recommandations seront à “vendre” lorsque les cours seront au plus haut et vice-versa. C’est même plutôt l’inverse qui se produit. Le temps d’ajuster leurs cibles et leurs recommandations, il arrive souvent que les analystes conseillent de vendre après de fortes baisses, pour ne racheter qu’après des hausses conséquentes.

Heureusement ceci n’est une vérité absolue. Mais cela a tendance à rendre méfiant quant aux anticipations de ces bureaux d’études.

Une multitude d’analystes

D’autant qu’il existe un nombre important de bureaux d’études. Chacun avec leurs spécialisations (grandes valeurs, petites valeurs…) qui leurs sont propres.

Pour ne pas faciliter les choses, il est à noter que chaque analyste financier aura sa propre opinion sur une valeur. Opinion ion qui sera parfois à l’exacte opposée de celle de l’analyste d’en face. Ainsi, un analyste pourra très bien, et sans aucun problème, recommander la vente d’un titre là où son confrère recommandera l’achat.

Un vrai casse-tête pour le petit investisseur qui souhaiterait juste s’inspirer des recommandations d’analystes.

Les conflits d’intérêts de l’analyste financier ?

Juge et partie à la fois

Les analystes émettent des jugements de valeur sur les actions des entreprises qu’ils suivent. Jusque là, rien d’anormal.

En fait les choses se “compliquent” lorsqu’on sait que dans la grande majorité des cas (tous ?), les bureaux d’études son directement ou indirectement actifs sur les marchés financiers.

La question peut alors se poser quant à l’impartialité de leurs analyses et recommandations sur les sociétés qu’ils suivent.

Attention, je ne suis pas en train d’écrire que les bureaux d’études trichent et fraudent sur les marchés. Seulement qu’il existe in fine une certaine opacité, laquelle peut légitimement entrainer la naissance d’un doute.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :