le Petit Actionnaire
23 février 2019 4 astuces pour choisir une action selon la stratégie de Warren Buffett

4 astuces pour choisir une action en bourse selon la stratégie de Warren Buffett

Article invité

Dans cet article, je vais vous exposer quatre solutions simples pour sélectionner vos premières actions, tirées de la philosophie d’investissement de Warren BUFFETT, que j’applique moi-même.

l’Investisseur Intelligent

Annonce du Petit Actionnaire
Cet article est invité sur le site du Petit Actionnaire. Il a été rédigé par l’investisseur Intelligent, lequel investit selon les préceptes de Warren Buffett. Cela diverge, sur certains aspects, quelque peu de ma stratégie dividendes. Mais il est toujours bon de s’ouvrir à de nouveaux horizons d’investissement.

– Les avis et points de vue exposés dans cet article n’engagent que leur auteur –

  • Lorsque vous achetez une action, mettez-vous dans la peau d’un homme d’affaires
  • Investissez dans des choses que vous comprenez
  • Choisissez des sociétés dans les profits ont tendance à croître
  • Soyez patient et la Bourse vous récompensera

Avec ces conseils, vous serez plus confiants pour faire vos premiers choix d’investissement en actions. Et au fil du temps, l’expérience vous fera faire des choix de plus en plus judicieux.

Lorsque vous achetez une action, mettez-vous dans la peau d’un homme d’affaires

Acheter une action, c’est acheter une partie de la propriété d’une entreprise. Par conséquent, peu importe la somme que vous investissez, imaginez toujours que vous achetez la totalité du capital. Cela vous poussera à regarder le prix (capitalisation boursière) rapporté aux bénéfices.

A la manière d’un investisseur immobilier, considérez qu’une entreprise valorisée 1 milliard d’euros, qui engrange 100 millions de bénéfice par an, génère un rendement de 10%. Tout comme un appartement qui vaut 100 000 euros, qui rapporte 10 000 euros de loyers nets par an, génère aussi un rendement de 10%.

N’oubliez pas que les actionnaires sont les propriétaires d’une entreprise. Les dividendes qu’ils perçoivent sont équivalents au loyer que perçoit le propriétaire d’un appartement.

Cette méthode consistant à analyser le prix d’une entreprise (capitalisation boursière) par rapport à ses bénéfices, c’est ce que l’on appelle investir dans la valeur. Il faudra évidemment analyser plus en détail le rapport financier de l’entreprise. Ceci pour savoir si son endettement n’est pas excessif. Mais aussi pour s’assurer que l’entreprise réinvestit ses bénéfices avec un taux de rentabilité satisfaisant. Profitez d’un accès gratuit à toutes les informations financières des sociétés grâce à internet ! (dans la rubrique « investisseur » du site de l’entreprise ou sur les sites spécialisés tels que Yahoo Finance etc…). Voici par exemple le compte de résultat de Berkshire Hathaway sur MSN Finance.

Ce travail peut paraître long. Mais pour l’investisseur avisé que vous êtes, il est indispensable pour avoir des rendements supérieurs à la moyenne. Il faut chercher de bonnes affaires : c’est-à-dire de belles sociétés à un bon prix.

Investissez dans des choses que vous comprenez

En Bourse, ce qui est simple rapporte souvent plus que ce qui est compliqué !

Warren BUFFETT nous conseille d’investir dans notre « cercle de compétences ». Vous devez définir les secteurs dans lesquels vous êtes à l’aise et n’investir que dans ces domaines. Je vois trop souvent des personnes attirées par les secteurs à la mode (high tech, biotechnologie etc…) sans y comprendre quoi que ce soit, juste grisées par une infime probabilité de s’enrichir rapidement ! Ce comportement moutonnier peut vous faire perdre beaucoup d’argent. Rappelez-vous la bulle internet en 2000 ou bien encore les cryptomonnaies fin 2017. Toutes les personnes qui ont investi et perdu de l’argent dans ces bulles spéculatives ne savaient, pour la grande majorité, absolument pas ce qu’elles faisaient.

Soyez rigoureux. Il est primordial d’analyser l’activité de l’entreprise. Produit-elle un bien ou un service qui existera toujours dans 10, 20 ou 30 ans ? Les consommateurs ne risquent-ils pas de se détourner de ses produits si un concurrent fait son arrivée ? En clair, projetez-vous sur l’avenir de la société. Bien qu’il s’agisse d’une analyse assez subjective, elle reste indispensable.

Pour ma part, j’ai acquis des titres Robertet (voir mon portefeuille d’actions), une société qui exerce le même métier depuis plus de 150 ans, elle produit des bases pour parfum et des arômes pour l’industrie agroalimentaire. Ce n’est pas l’arrivée des smartphones ou des réseaux sociaux qui va bouleverser cette industrie. Nous utiliserons toujours des parfums dans 150 ans, il s’agit d’un produit de beauté très apprécié. De même, les arômes alimentaires naturels que produit la société seront toujours utilisés dans les yaourts, jus de fruits et autres produits transformés (médicaments, lessive etc…). L’entreprise a donc peu de chance de disparaître.

C’est la même chose pour Berkshire Hathaway, la société de Warren BUFFETT, une des principales lignes de mon portefeuille. Il s’agit d’un conglomérat, son but est d’acquérir des entreprises, peu importe le secteur. Son champ d’action est donc immense ! Elle peut continuer de grossir en achetant de nouvelles sociétés ou en accumulant toujours plus d’actions.

En étant actionnaire de Berkshire Hathaway, vous confiez votre argent à un expert de l’investissement : Warren BUFFETT.

Choisissez des sociétés dont les profits ont tendance à croître

La création de valeur pour l’actionnaire est entraînée par l’augmentation des profits de la société.

Pourquoi le cours d’une action varie ?

A court terme, les cours de Bourse suivent l’ « humeur » du Marché mais à long terme, le cours d’une action suit les bénéfices de la société ! Lorsque l’on regarde une courbe, on constate beaucoup de variations, avec des amplitudes parfois impressionnantes. Il s’agit souvent de sur- réaction du Marché, lorsque la société dépasse les anticipations des analystes, le cours s’envole, lorsque la société publie des chiffres décevants, le cours s’enfonce…

Pour gagner de l’argent en investissant dans une société, vous devez miser sur celles qui ont tendance à faire croître leurs profits depuis plusieurs années et qui ont toutes les chances de continuer de le faire dans le futur.

On lit souvent « les performances passées ne préjugent pas des performances futures ». Je vous l’accorde, le futur ne sera jamais une réplique exact du passé en terme de résultats financiers, mais en général, elle donne une bonne idée de la santé financière de la société et de son secteur d’activité.

Je continue avec l’exemple de ma pépite, Robertet : son bénéfice d’exploitation était de 40 millions d’euros en 2014, 50 en 2015, 59 en 2016 et 71 millions d’euros en 2017. Une croissance régulière signe d’enrichissement pour les actionnaires (le cours de l’action est passé de 160 euros en 2014 à plus de 350 en 2017 !).

Vous avez compris le principe, très simple et efficace : des résultats en croissance = des profits en croissance pour l’actionnaire.

Soyez patient et la Bourse vous récompensera

Il s’agit d’un point important en Bourse. Savoir sélectionner des titres de belles entreprises ne suffit pas. Si vous sortez trop tôt, vous passez à côté du magot !

Une entreprise investit régulièrement pour assurer son développement. Mais il faut attendre plusieurs années avant que les résultats se produisent !

Si une société décide de construire une usine, il va se passer un certain moment pour que cette dépense se transforme en chiffre d’affaires. Il faut bâtir les murs, installer les machines, former le personnel, mettre en place la logistique pour acheminer les biens produits vers les clients… Tout cela demande du temps. Laissez l’affaire se développer, c’est la seule solution pour vous enrichir de manière conséquente.

Une société peut également se développer en rachetant un concurrent. Là aussi, cet investissement peut mettre du temps à créer de la valeur pour l’actionnaire. En règle général, la cible acquise va être restructurée afin d’éviter toutes les fonctions administratives en doublon, certains cadres peuvent être remerciés, tout cela engendre des coûts immédiats. Mais une acquisition effectuée au bon prix peut (et devrait) créer de la valeur pour l’actionnaire.

En règle générale, une belle entreprise est une machine à intérêts composées, c’est-à-dire que chaque euro de bénéfice qu’elle réinvestit dans son business doit augmenter les résultats futurs de l’entreprise. Pour cela, l’investisseur doit analyser la rentabilité des capitaux propres en calculant le ratio : résultat d’exploitation / capitaux propres. A titre d’exemple, pour Robertet, ma société favorite, ce ratio est de 14,8% en 2014, 16,04% en 2015, 17,23% en 2016 et 19,54% en 2017. En plus d’augmenter ses capitaux propres, la société arrive à faire travailler l’argent avec un taux de rentabilité de plus en plus élevé ! L’avenir s’annonce donc radieux pour les actionnaires !

Enfin, ne vendez pas trop vite. Trop souvent, les actionnaires, euphoriques après une hausse de 50% de leurs titres, vont s’empresser de vendre. Cela peut être une grave erreur ! Si vous n’êtes guidé que par le cours de l’action et que vous ne regardez plus les fondamentaux de l’entreprise, vous vous détournez de l’essentiel, à savoir : conserver indéfiniment une action dont les fondamentaux sont bons ! En vendant une action, vous allez peut-être rater une progression plus importante du cours, mais en plus, vous devrez vous acquitter d’un impôt sur la plus-value conséquent ! Tous vos efforts seront réduits à néant !

Warren BUFFETT a fait des erreurs dont nous pouvons tirer les leçons

A l’âge de 11 ans, il achète ses premières actions, il s’agit de 3 titres de la société Cities Service Preferred, au prix de 38 dollars l’une. Il revend rapidement au prix de 40 dollars après s’être fait une frayeur lorsque le titre a fortement baissé. Il s’en tire finalement avec un bénéfice de 6 dollars, SAUF QUE, l’action a grimpé quelques années plus tard à… 200 dollars !

Plus tard, à l’âge de 22 ans, nouvel excès d’impatience pour Warren BUFFETT : il achète pour 15 000 dollars d’actions de l’assureur GEICO. Il revend rapidement pour encaisser une belle plus-value mais s’il avait conservé cette ligne pendant 20 ans, son capital aurait été d’1,3 million de dollars.

Pour finir…

Voilà, vous avez 4 conseils pour débuter en Bourse : lorsque vous achetez une action, considérez que vous achetez l’entreprise dans sa totalité afin de savoir s’il s’agit d’une belle rente. Ensuite, en tant qu’homme d’affaires, vous devez vous pencher sur l’activité de l’entreprise, soyez sûr de bien la comprendre afin d’anticiper son potentiel de croissance des bénéfices. Misez sur une société avec des résultats en croissance (même si elle est irrégulière, la tendance au fil du temps doit être à l’augmentation des bénéfices). Finalement, après ce travail de sélection, soyez patient. Sans quoi vos résultats risquent de ne pas décoller.

Retrouvez mon ebook sur la composition de mon portefeuille d’actions avec les explications sur la sélection de ces titres (secteur d’activité, management, données financières des 10 dernières années, ratios…), disponible sur amazon.

l’Investisseur Intelligent

Une réaction au sujet de « 4 astuces pour choisir une action en bourse selon la stratégie de Warren Buffett »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 15 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :