Objectif retraite : s’y préparer le plus tôt possible

Anticiper la retraite

Les marchés financiers subissent quelques secousses sur fond de guerre commerciale entre d’un côté l’Union Européenne et la Chine, et de l’autre les Etats-Unis. Mes positions en bonus cappés plient quelque peu mais ne rompent pas. L’orientation dans ma stratégie de Dual Guidance reste haussière, et ce jusqu’à ce que le CAC40 reviennent éventuellement sur les 5076 points. J’en profite donc pour évoquer d’autres sujets que j’estime particulièrement importants. Ici, la retraite !

La retraite

Actuellement, en France, le système de retraite fonctionne par répartition. Chacun actif cotise selon ses revenus, et touchera, une fois en retraite, une rente liée à ses salaires passés et à ses cotisations.

Je ne reviendrais pas sur la multitude de régimes existant, ni même sur un quelconque point de vue politico-économique. Néanmoins, bien malin sera celui qui arrivera à prédire quel sera le système en vigueur dans quelques décennies.

Mon point de vue personnel

Je suis un jeune trentenaire. La retraite n’est pour moi qu’une lointaine utopie. Qu’en sera-t-il réellement dans trente-cinq ou quarante ans ? Je ne sais pas.

Dans le meilleur des mondes, la retraite par répartition existera toujours et les générations futures financeront mon farniente. Dans le doute, deux options s’offrent à moi. Premièrement, attendre et ne rien faire. Deuxièmement, prendre les devants et agir dès maintenant.

Mes axes de préparation
  • Faire en sorte d’augmenter mes revenus et épargner consensuellement une somme identique et importante chaque mois. C’est bien beau, mais mes revenus actuels me conviennent et je ne souhaite pas non plus devoir me tuer à la tâche. Voir mes enfants grandir est quelque chose de bien plus important.
  • Me contenter de mes revenus actuels et de ma « carrière » (grille de revenus) toute tracée de fonctionnaire de catégorie C. Dans ce cas, l’investissement financier est le meilleur levier qui soit (de mon point de vue). Cet axe de préparation présente pour inconvénient de ne m’offrir qu’une capacité d’investissement mensuelle réduite. C’est pourtant celui que j’ai choisi. Je fais donc le pari, pour l’avenir, d’un mix répartition / capitalisation.
Pourquoi est-ce important ?

Tout simplement parce que les politiques actuelles permettent clairement de penser que des réformes auront lieu, et qu’elles obligeront probablement chacun à faire encore plus d’efforts personnels. Je préfère donc prendre les devants, et je pense que chacun devrait en faire autant à son propre niveau.

Le nombre d’actifs cotisant diminue inlassablement, alors que dans le même temps le nombre de retraités ne cesse d’augmenter. L’équation est insoluble. À moins de toujours réduire les pensions de retraites et/ou de toujours repousser l’âge minimum.

Cela signifie que deux possibilités d’ordre politique sont envisageables :

  • Un relatif statut quo qui aura pour premières victimes les futurs retraités comptant uniquement sur leur pensions.
  • Des réformes douloureuses pour tout un chacun.
Comment faire pour anticiper

Ce que j’avance et écris n’est pas une « vérité absolue ». Ce n’est ni plus ni moins que ma façon de ressentir les choses. Il convient donc que chacun prenne le temps d’analyser sa propre situation et adapte les solutions à sa personnalité.

  • .1. Calculer le niveau optimal de son épargne de secours et épargner chaque mois jusqu’à l’atteindre.
    Cette première étape n’est pas spécifique à la préparation de la retraite. Elle est néanmoins primordiale afin de vivre avec l’esprit tranquille. Savoir que l’on est capable de faire face, financièrement, à certains coups durs que peut réserver la vie, ça n’a pas de prix.
  • .2. Apprendre à se connaître soi-même et identifier les axes de préparation.
    Ce que j’ai fais ci-dessus.
  • .3. Se fixer les différents moyens pour parvenir à ses objectifs finaux.
    Dans mon cas investir en bourse afin pouvoir sortir une petite « rente » d’ici quelques années. Mais aussi acheter ma RP afin de ne plus payer de loyer une fois en retraite.
  • .4. Se donner les moyens de ses ambitions. Sans quoi les objectifs ne se concrétiseront jamais et resteront au simple stade de « rêves inaccessibles ».
    Chaque mois j’investis mécaniquement une certaine somme en bourse. Cela ne signifie avancer au petit bonheur la chance. Il faut avoir une stratégie (cela fait partie des moyens) et s’y tenir.
  • .5. Toujours garder à l’esprit cet objectif, aussi lointain soit-il et s’y tenir.
    Le parcours d’un investisseur est obligatoirement semé d’embûches et d’erreurs. Le tout est d’éviter le plus d’écueils possible, de ne pas répéter deux fois la même erreur, et surtout d’être fort mentalement et psychologiquement.
Quand commencer à anticiper / préparer sa retraite ?

La seule réponse qui vaille vraiment est : HIER !
Je sous-entends par là qu’il n’est jamais trop tôt pour la préparer. Par contre, il peut être trop tard, et c’est que le risque de s’en mordre les doigts est très important. L’idée n’est pas non plus dire que dès l’âge de 18 ans il faut avoir la retraite comme principal objectif dans la vie. Non, mais avoir cette idée dans un coin de la tête, y penser de temps à autres, tirer quelques plans sur la comète… Tout ceci participera à ne pas être pris au dépourvu arrivé à l’âge fatidique, voir en cas de changement politique / réforme abrupte.

Pour information, il est possible d’accéder à son suivi de carrière. Cela donne une idée de la future rente à laquelle vous serez éligible une fois en retraite. Mais attention : Consulter ce site à l’âge de 30 ans (ou avant) peut faire un peur !

Laisser un commentaire