le Petit Actionnaire
15 février 2019 Et paf... le krach boursier

Et paf… le krach boursier

Il est la terreur des investisseurs, le cauchemar des économistes, mais aussi la bête noire des marchés financiers. J’ai nommé : le krach boursier.

Il arrive souvent sans prévenir, prenant tout le monde, investisseurs, financiers, économistes par surprise. Ses conséquences sont souvent désastreuses pour grande majorité des “acteurs économiques”. Pourtant, il est également l’occasion pour un petit nombre d’investisseur de s’enrichir comme jamais.

Quelles sont donc les erreurs à éviter en cas de krach boursier ? Les opportunités qui en découlent ? Le meilleur moyens de le voir venir ?

Anticiper un krach boursier

Autant le dire d’entrée de jeu : prédire un krach boursier est quasiment mission impossible. C’est d’ailleurs cet “effet de surprise” qui lui donne ce côté quasi mystique pour tout investisseur qui se respecte.

Nombreux sont ceux qui ont essayé de le prévoir. Rares sont ceux qui t’ont parvenus. Il faut dire que si il était aussi facile que ça de le prédire, il n’aurait pas lieu.

En effet, un krach boursier débute par une chute soudaine et incontrôlée des marchés. La panique s’empare alors des investisseurs, lesquels vendent à tour de bras leurs actions afin de s’en débarrasser au plus vite. Aussi, si il était si facile de l’anticiper, alors les détenteurs de titres feraient tout pour ne pas qu’il se produise, évitant ainsi de voir la valeur de leur portefeuille se retrouver au raz des pâquerettes.

Les signes de son imminence

Un krach boursier se produit lorsqu’une bulle spéculative éclate. Bien-sûr, détecter une bulle spéculative est tout aussi compliqué que de démasquer un krach.

Pourtant, certains signes, à défaut d’être annonciateurs, sont susceptible de mettre la puce l’oreille :

  • lorsque l’euphorie s’empare du quidam, pour lequel l’investissement boursier devient un El Dorado.
  • Dès lors que le marché, porté par ces nouveaux “chercheurs d’or” ne cesse de monter dans véritable raison apparente et sans jamais consolider via quelques corrections.
  • lorsque le leitmotiv de ces néo-investisseurs est d’acheter tout ce leur tombé sous la main, uniquement parce que le nom de la société sonne bien. Où simplement parceque “c’est la mode”.

Bien sûr, une bulle peur grossir pendant plusieurs années avant d’éclater. Néanmoins, le résultat final est généralement toujours le même.

Les erreurs à éviter

Lorsque la chute a commencé, il est déjà trop tard pour en sortir indemne. Aussi, plutôt que d’essayer de sortir à tout prix du marché, il est préférable de garder son sang gros afin de ne pas commettre certaines erreurs fatales pour le portefeuille.

Vendre dans l’urgence

Un krach boursier se caractérise par la mise en vente massive de titres, sans qu’il n’y ai d’acheteurs pour es acquérir.

Ainsi, pour se débarrasser de leurs titres, les vendeurs sont prêts à les brader, jusqu’à ce que des acqueurs se présentent et les leurs achètent.

Les marchés financiers sont aujourd’hui dominés par le “trading haute fréquence”. Des robots capables de passer un nombre d’ordres ahurissant en quelques fractions de secondes. Aucun investisseur, depuis son ordinateur personnel, ne peut espérer rivaliser. Aussi, lorsque les robots sont “décidés” à tout vendre, le marché va chuter sans coup férir. Le petit investisseur est alors certain d’une chose… il va se faire plumer !

Il est donc préférable pour ce petit investisseur de faire le dos rond, d’attendre et surtout de ne pas paniquer. Nous entrons là dans le domaine de la psychologie. Pour parvenir à un tel sang froid, il convient d’avoir la première règle de l’investisseur : N’investir que de l’argent que vous êtes en mesure de perdre.

Vous résigner et mettre de côté la bourse

Un jour la bourse monte, le lendemain elle baisse. Cela fait des décennies que cela se répète immanquablement. Certaines fois, elle baisse un peu plus fortement. D’autres fois, elle monte un peu plus.

Le krach boursier fait partie intégrante des marchés boursier. Il ne s’agit pas d’une “anomalie”, mais seulement un simple “retour à la normale” après une phase de hausse excessive.

Aussi, tout aussi abrupt et violent soit-il, le krach boursier devrait plutôt être vu comme une opportunité plutôt que comme un désastre. Ceci uniquement du point de vue de l’investisseur. Les choses étant malheureusement opposées pour ses premières “vraies” victimes : les travailleurs, employés, salariés, …

Krach boursier : l’occasion d’une vie

À condition de n’avoir investi que de l’argent que vous êtes susceptible de perdre, et à supposer que vous ayez les ressources psychologiques nécessaires, un krach boursier est une formidable occasion d’acheter à prix très bas des entreprises solides et résilientes. Comme l’a dit Warren Buffett :



La plupart des gens s’intéressent aux actions quand tout le monde s’y intéresse. Le moment d’acheter est quand personne ne veut acheter. Vous ne pouvez acheter ce qui est populaire.

Warren BUFFET

Bien-sûr, il est très difficile de s’opposer frontalement au marché. Acheter des sociétés ayant fait du -50 ou -70% en l’espace de seulement de quelques semaine / mois fait peur. Et c’est parfaitement normal.

Il y a également des risques à prendre position contre le marché. Cependant, c’est la situation idéale pour réaliser d’excellentes affaires à plus ou moins long terme.

Prendre conscience des opportunités (en tant qu’ivestisseur) qu’offre un krach boursier, c’est avoir déjà en main les premiers outils nécessaires afin de bien vivre (et surtout de profiter pleinement) de la prochaine chute des marchés.


2 réactions au sujet de « Et paf… le krach boursier »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 3 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :