le Petit Actionnaire
10 juillet 2019 pea ou cto

PEA ou CTO… avec quel support investir en bourse ?

Vous débutez en bourse et vous vous demandez quel type de compte est-ce que vous devez ouvrir afin de pouvoir conserver vos futures actions. PEA ou CTO ? En outre, savez-vous où ouvrir ce(s) compte(s) ? Si la première réponse qui vous vient en tête est : auprès de ma banque… alors lisez cet article.

Le Plan Épargne Actions (PEA)

C’est LE compte à ouvrir absolument. Il est possible d’en ouvrir un sous conditions cumulatives :

  • être majeur
  • être fiscalement domicilié en France
  • ne pas avoir déja de PEA ouvert à son nom

Avec la loi PACTE, il est prévu que les jeunes de 18 à 25 ans toujours fiscalement liés à leurs parents soient en mesure d’ouvrir un PEA Jeune. La loi PACTE a été promulguée au Journal Officiel le 23 mai 2019.

Un plan d’épargne réglementé…

Outre les conditions à respecter pour ouvrir un PEA, il n’est pas possible de faire tout ce que l’on veut dessus. Les versements sont, par exemple, limités à 150k€.

De plus, il ne sera pas possible d’y loger des actions autres que celles de sociétés dont le siège social se situe au sein de l’Union Européenne.

À noter également qu’il n’est plus possible de détenir en PEA des titres de SIIC (Société d’Investissement Immobilier Cotée). Si ce sigle ne vous parle pas, comprenez qu’il s’agit de “foncières”… des sociétés dont le fond de commerce est de détenir et louer des locaux, quelque soit leur usage.

… mais des avantages fiscaux fort intéressants

Malgré les restrictions évoquées précédemment le gros avantage du PEA est sa fiscalité évolutive selon son âge. Ainsi, tout retrait de fond d’un PEA âgé de :

  • moins de cinq ans : entraîne une clôture automatique du compte. Les éventuelles plus-values sont alors fiscalisées à hauteur de 30% (12,8% d’imposition et 17,2% de prélèvements sociaux). Il est désormais possible (loi PACTE) d’opter pour une imposition au barême de l’IR (possiblement plus avantageuse pour les petits revenus)
  • cinq à huit ans : entraîne une fiscalité de seulement 17,2% (prélèvements sociaux). Le plan n’est pas clôturé, mais il n’est plus possible d’y effectuer de versements.
  • plus de huit ans : entraîne une fiscalité de seulement 17,2% (prélèvements sociaux). Le plan n’est pas clôturé, et il reste possible d’y faire des versements… dans la limite des 150k€ autorisés).

Il faut aussi noter que sur un PEA les plus-value et dividendes ne sont imposés qu’au moment d’un retrait / clôture du plan. Ce qui le rend incontournable pour tout investisseur souhaitant profiter de l’effet boule de neige.

Le Compte Titre Ordinaire

Beaucoup moins sexy que le PEA, le CTO n’offre aucun des avantages fiscaux de son glorieux cousin. Il permet néanmoins de loger des actions du monde entier, ainsi que tout type de produits dérivés.

Au niveau fiscal, il convient de déclarer chaque année, à l’occasion de la déclaration de revenus, les plus-values réalisées ainsi que les dividendes perçus. Si vous ne cochez pas la case adéquat sur votre déclaration de revenus, alors vous serez soumis au PFU (Prélèvement Forfaitaire Unique, ou Flat Tax) de 30%.

Si vous n’êtes pas (ou peu) imposé sur les revenus, alors il sera peut-être intéressant d’opter pour l’imposition à l’IR. Vos plus-values et dividendes s’ajoutent donc au montant de vos revenus imposables. Lesquels sont imposés selon le barème en vigueur. L’imposition à l’IR permet de bénéficier de l’abattement de 40% sur les dividendes perçus (hors dividendes de SIIC).

Notez que si un même individu ne peut détenir qu’un seul PEA, le nombre de CTO n’est, lui, pas limité. Il est donc possible d’en détenir autant qu souhaité, y compris auprès de différents courtiers.

Le PEA-PME

Il s’agit en quelques sortes du petit frère du PEA. Ses avantages fiscaux sont identiques à ceux du PEA. Néanmoins, il n’est possible d’y verser que 75k€. On ne peut détenir qu’un seul PEA-PME.

De plus, il ne peut loger que des sociétés dont la capitalisation boursière est inférieure à un milliard d’euros.

Récapitulons

Vous êtes désireux d’investir en bourse. Vous devez donc absolument :

  • ouvrir un PEA (et pourquoi pas un PEA-PME) afin de prendre date d’un point de vue fiscal. Pour cela, versez ne serait-ce qu’un seul endroit le pan, dès son ouverture.
  • ouvrir (éventuellement) un CTO afin d’avoir la possibilité de posséder n’importe quelle action du monde entier ainsi que toutes sortes de produits dérivés.

Mais voilà… où ouvrir votre PEA ainsi que votre / vos CTO ?

Pensez “courtier en ligne”

Il est bien sûr possible d’ouvrir PEA et CTO auprès d’une banque traditionnelle. Toutes proposent ces différents comptes. Cependant, il est généralement déconseillé de signer chez elles. Pourquoi ? Tout simplement parce que ces établissements physiques ont généralement des frais (courtage, …) plus important que les courtiers en ligne.

Les principaux courtiers en ligne pour l’ouverture d’un PEA et/ou d’un CTO sont Bourse Direct, Boursorama et Binck.

néerlandais De Giro est celui proposant les frais de courtage les plus bas. Néanmoins, il ne permet pas l’ouverture d’un PEA. De plus, il ne gère pas l’ensemble des conventions fiscales entre États. Ses prélèvements sur dividendes peuvent donc parfois être excessifs.

Mot clé :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :